Nicolas Dupont-Aignan se veut "le candidat des petits"

le
0
NICOLAS DUPONT-AIGNAN SE VEUT "LE CANDIDAT DES PETITS"
NICOLAS DUPONT-AIGNAN SE VEUT "LE CANDIDAT DES PETITS"

PARIS (Reuters) - Le souverainiste Nicolas Dupont-Aignan, crédité de 0,5% à 1,5% d'intentions de vote pour le premier tour de la présidentielle, a lancé dimanche sa "campagne de France" en fustigeant dans un même réquisitoire les principaux prétendants à l'Elysée, Nicolas Sarkozy et François Hollande au premier titre.

Le candidat de "Debout la République" a réuni plus d'un millier de partisans salle Equinoxe, à Paris, pour défendre une "France libre", libérée de l'euro, des "tutelles extérieures' et des "féodalités intérieures".

"Je ne suis pas un petit candidat, mais je suis le candidat des petits!", a lancé Nicolas Dupont-Aignan.

"N'attendez pas des Hollande, Sarkozy, Bayrou et des autres une vraie campagne électorale. Ils ont tout à y perdre, rien à y gagner", a-t-il affirmé, assénant ses critiques dans une longue litanie.

D'abord à l'encontre du candidat du Mouvement Démocrate (MoDem) à l'élection présidentielle.

"François Bayrou reste l'enfant caché de Nicolas Sarkozy et François Hollande. Comme eux, il a tout signé, tout ratifié, tous les traités européens, tous les abandons de souveraineté", a dit le président de "Debout la République".

Le président sortant, Nicolas Sarkozy : "Il ne suffit pas d'enlever sa Rolex pour devenir le candidat du peuple".

Puis le candidat socialiste François Hollande : "Avec des ennemis comme M. Hollande, la finance a de beaux jours devant elle".

"Avec François Hollande, ce n'est pas le changement maintenant, c'est le changement lentement", a ajouté Nicolas Dupont-Aignan.

Il a également dénoncé "les coups de gueule du vieux loup de mer Jean-Luc Mélenchon", prenant le pari que le candidat du Front de gauche serait "le premier (...) à embarquer sur le pédalo socialiste".

Quant à Marine Le Pen, candidate du Front national, c'est "une fausse alternative", a-t-il estimé. "Une Marine Le Pen finalement meilleure alliée de l'UMP et du PS tant elle stérilise la protestation légitime du peuple français".

"Ne vous laissez plus intimider par ceux qui ont échoué depuis 30 ans, ne vous laissez plus intimider par ceux qui ont oublié les Français", a conclu le souverainiste.

Sophie Louet

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant