Nicolas Dupont-Aignan candidat à la présidentielle de 2017

le
3
NICOLAS DUPONT-AIGNAN CANDIDAT À LA PRÉSIDENTIELLE
NICOLAS DUPONT-AIGNAN CANDIDAT À LA PRÉSIDENTIELLE

PARIS (Reuters) - Le député souverainiste Nicolas Dupont-Aignan a annoncé mardi sa candidature à la prochaine présidentielle, cinq ans après son aventure de 2012 qui s'était soldée par un score de 1,79%.

Le président de Debout la France fait à nouveau le pari d'une campagne solitaire, sans passer par la primaire de la droite et du centre organisée par le parti Les Républicains, l'ex-UMP qu'il a quittée début 2007.

"Je suis candidat à la présidence de la République française", a-t-il déclaré au journal de 20 heures de TF1.

"Je suis candidat parce que je suis certain que notre pays peut s'en sortir si on change de politique, si on change de personnel politique", a-t-il ajouté.

Pour Nicolas Dupont-Aignan, la France "est le seul pays au monde qui recycle indéfiniment des présidents, des Premiers ministres, des ministres qui ont lamentablement échoué et qui ont ruiné notre pays".

Le député de l'Essonne et maire de Yerres en est à sa troisième candidature, une première avortée en 2007 faute d'avoir pu réunir 500 parrainages d'élus, et une deuxième en 2012. Il est alors arrivé en septième position.

Cette fois, il accompagne son annonce de la sortie d'un livre à paraître mercredi, "France, lève-toi et marche", présenté à la fois comme un recueil d'anecdotes et une esquisse de programme.

Lors de la campagne des régionales de décembre dernier, cet énarque, diplômé en 1989 dans la même promotion que Jean-François Copé, avait expliqué à Reuters vouloir "sauver la France", tout en reconnaissant la difficulté de la tâche.

Avec 6,57% des suffrages, il n'avait pu accéder au deuxième tour du scrutin en Île-de-France.

Quel que soit son score en 2017 - s'il parvient à rassembler les parrainages requis -, le facteur Dupont-Aignan comptera dans l'équation à droite et à l'extrême droite, où l'on se disputera une place pour le second tour.

D'autres candidats de 2012 ont déjà fait savoir qu'ils briguaient à nouveau la présidence, Nathalie Arthaud et Jean-Luc Mélenchon à gauche et Marine Le Pen pour le Front national.

(Simon Carraud, édité par Gérard Bon)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Eledees le mercredi 16 mar 2016 à 06:58

    Il était bon au JT de TF1, mais reprend mot pour mot les discours du FN, des propos justes et modérés.

  • dgui2 le mardi 15 mar 2016 à 22:20

    Entre Sarko. et Le Pen, où est son espace politique ?

  • fdha le mardi 15 mar 2016 à 21:34

    ca me va!