Nicolaj Thomsen : bon pied, bon œil

le
0
Nicolaj Thomsen : bon pied, bon œil
Nicolaj Thomsen : bon pied, bon œil

À seulement 22 ans, le milieu de terrain danois Nicolaj Thomsen intéresse de nombreux clubs européens et notamment français, comme le FC Nantes qui a bien failli l'engager cet été. Pourtant, Nicolaj n'y voit rien du tout de l'œil droit. Un handicap qui ne l'a pas empêché d'être sélectionné pour l'Euro espoirs.

Il est rare qu'une longue touche aboutisse à une occasion de buts, et encore bien plus rare qu'elle amène un but. Pourtant, le 14 octobre dernier, alors que les espoirs français sont trop occupés à apprendre la signification de l'expression "ne pas vendre la peau du Suédois avant de l'avoir tué", les jeunes Danois livrent une bataille acharnée contre leurs homologues islandais et s'en remettent à une longue remise en jeu pour s'offrir une qualification à la 90e minute de jeu. Le buteur, Nicolaj Thomsen, jeune milieu de terrain de l'Aalborg Boldspilklub, exulte et offre aux siens la chance de participer à l'Euro espoirs. Il s'offre aussi et surtout une chance inestimable de prouver au monde du ballon rond que malgré un handicap visuel lourd qui aurait pu lui fermer à jamais les portes d'une carrière professionnelle, il est un joueur talentueux, dynamique et plein de ressources. Il est surtout une preuve supplémentaire que les capacités d'adaptation du corps humain sont tout simplement remarquables.

Plus fort que Modou Sougou


Peut-on cumuler un handicap visuel et une carrière de footballeur professionnel ? On doute que l'interrogation apparaisse un jour sur une fiche de Julien Lepers, mais c'est pourtant bel et bien une question pour un champion. Nicolaj Thomsen doit effectivement faire face aux doutes de ses interlocuteurs dès qu'il dévoile sa cécité visuelle à 90% de l'œil droit. En témoigne la rétraction du FC Nantes qui semblait déterminé à signer le garçon avant de lui faire passer des tests médicaux, en mai 2015. Agacé, son agent Mads Winther élude la question : "Vous voyez bien qu'il évolue au plus haut niveau. Je ne vois pas où est le problème." Certes, mais la particularité physique du jeune Danois a, au moins, de quoi étonner, sinon inquiéter.

Le Dr Henri Rubinstein, neurologue au centre Paris Duroc, éclaire notre lanterne : "S'il reste quelque chose de l'œil malade, ça l'aide pour se repérer dans l'espace. On peut estimer que ces réflexes sont normaux, analyse le médecin avant de poursuivre. S'il ferme l'œil sain, il ne va pas pouvoir jouer. Mais le fait qu'il reste quelque chose, même 5 %, dans l'œil malade, aide à compléter le champ visuel. Le cerveau est très malléable, il s'adapte. Ça ne m'étonne pas qu'il puisse jouer." Le corps humain, cette formidable machine, n'est-ce pas ? Quant à Nicolaj Thomsen, il préfère…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant