Nice, ville laboratoire de la vidéoprotection

le
0
Pour la mairie, le lancement d'un programme de 600 caméras a contribué à un recul de la délinquance en 2011.

«Boulevard Gambetta. Fiat Panda rouge en fuite. Le conducteur a renversé un piéton.» Sur sa console, l'opérateur du centre de supervision urbaine de Nice coche ses critères: secteur, forme, couleur. L'ordinateur mouline. Et voici qu'apparaissent, en temps réel, les images des caméras qui débusquent les véhicules correspondant à la description. D'autres séquences s'affichent sur un mur d'écrans, fixant cette fois les minutes qui ont précédé l'accident. Elles proviennent de la mémoire informatique du système, cet immense c½ur numérique réfrigéré, censé conserver les données durant trois mois.

«Auparavant, il fallait des heures, voire des jours de visionnage, pour remonter le film des événements. Mais dans quelques semaines, cette vidéo intelligente, dite de troisième génération, va révolutionner nos méthodes de travail», s'enthousiasme Jean-Michel Trublio, responsable du PC vidéo municipal. «Ces images vont surtout intéresser au plus haut point le

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant