Nice: un bébé nommé Mohammed Merah, la justice saisie

le , mis à jour à 20:04
19
Depuis 1993, les officiers d'état civil ne peuvent plus décider d'interdire un prénom ( AFP/Archives / PHILIPPE HUGUEN )
Depuis 1993, les officiers d'état civil ne peuvent plus décider d'interdire un prénom ( AFP/Archives / PHILIPPE HUGUEN )

Le parquet de Nice a engagé vendredi une procédure pour modifier le prénom d'un petit garçon déclaré à l'état civil sous le nom de "Mohamed, Nizar Merah", identique à celui du tueur jihadiste de Toulouse et Montauban en 2012.

"Il est évident, et c'est en tout cas le point de vue du parquet de Nice, que donner un prénom à un enfant qui a déjà le nom d'un terroriste très notoirement connu en France est quelque chose qui peut porter préjudice à l'enfant", a exposé lors d'un point de presse le procureur de Nice Jean-Michel Prêtre.

"Le parquet a donc saisi le juge aux affaires familiales comme le lui permet le code civil", a-t-il ajouté. La décision sera prise "dans les prochains jours" et "s'appliquera immédiatement quelle que soit ensuite la décision des parents". Ces derniers auront une possibilité de recours.

La famille du militaire Imad Ibn Ziaten, première victime de Merah à Toulouse, s'est pour sa part "dite choquée" par ce choix et a demandé au procureur de poursuivre la famille "pour "apologie du terrorisme".

"C'est inimaginable. C'est présenter Merah sous un jour favorable en incarnant le nom d'un enfant", a affirmé à l'AFP Me Mehana Mouhou, qui a également demandé la saisine d'un juge pour enfant pour protéger le bébé. "Si des parents veut appeler leur enfant de cette manière quelles valeurs vont-ils lui inculquer par la suite", s'est-t-il demandé.

"C'est le tribunal qui va décider si oui ou non, il faut retirer le nom de Mohamed de l'état-civil pour cet enfant et si oui ou non, il est nécessaire de lui donner un autre prénom", a expliqué le procureur de Nice, alerté le 14 novembre par la mairie.

"C'est vraiment par rapport à l'intérêt pur de l'enfant, et non par rapport à un contexte, ou une religion ou un radicalisme violent supposé que les choses sont prises en compte", a-t-il ajouté, en réponse à la question d'une journaliste qui demandait si les parents avaient agi par "provocation, inconscience ou imbécilité".

"Bien sûr, il y aura une enquête sur le contexte familial car il y a là quelque chose d'alertant pour le parquet pour comprendre le contexte dans lequel cet enfant serait amené à grandir", a fait valoir le magistrat.

Le procureur n'a pas pu dire si ce bébé de 15 jours était un premier né ou issue d'une fratrie de plusieurs enfants, vivant à Nice ou ses environs.

En France, depuis 1993, les officiers d'état civil ne peuvent plus décider d'interdire un prénom. "Les transmissions au procureur pour un changement de prénom sont très rares et on connaît une quinzaine d'affaires, remontées jusqu'en cour d'appel", précise Baptiste Coulmont, sociologue, auteur d'ouvrages sur les prénoms. "Un grand nombre de Français, plus de 30% ont au moins un homonyme", ajoute-t-il.

Dans le cas de cette famille, "ils ont choisi un prénom répandu et classique", dit-il. Le nombre de Mohamed nés en 2011 était de 2.402 et 300 autres enfants nés cette année-là se prénommaient Mohammed, avec deux "m", selon M. Coulmont. Par comparaison, les bébés prénommés "Marie" étaient 1.634, les Paul 3.128 et les Maxence et Gabin autour de 2.500.

La municipalité a cependant estimé que le choix des parents "pouvait être contraire à l'intérêt de l'enfant" et l'a assimilé à une apologie du terrorisme. Elle a aussi choisi de rendre l'affaire publique.

Mohamed Merah avait tué sept personnes en mars 2012: un militaire à Toulouse, puis deux parachutistes à Montauban, et trois enfants et un adulte dans une école juive toulousaine. Il a été tué le 22 mars par la police dans l'appartement toulousain où il s'était retranché.

Ces crimes, en pleine campagne présidentielle, avaient plongé dans la stupeur le pays qui fait depuis face à une menace jihadiste sans précédent.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dupon666 il y a une semaine

    bof..quand il aura 10 ans plus personne ne se souviendra de l'affaire en question...apres la WW3

  • md24750 il y a une semaine

    Il nous faudrait aussi beaucoup de Salah Abdeslam rien que ur nous habituer, comme le dit si bien notre joyeux catalan, aux att en tats.

  • 2445joye il y a une semaine

    Tiens ! "Mohamed" ça passe sur Bourso, mais A.dolf ça ne passe pas !

  • janaliz il y a 2 semaines

    Comment l'état civil a pu accepter un tel prénom.

  • sibile il y a 2 semaines

    quelle importance ? si Merah est son 3e prénom, il ne l'utilisera jamais ; il s'appellera Mohamed + son nom de famille

  • frk987 il y a 2 semaines

    Jadis la loi imposait pour le choix des prénoms : les saints du calendrier ou bien les noms des présidents, qu'on en revienne à cette loi, cela éviterait à l'INSEE de prétendre que les prénoms les plus courants sont Léa, Thomas ou autres balivernes, Mohammed est le number one.

  • 300CH il y a 2 semaines

    c juste ça: "par provocation", comme avec leur burkini, etc.., allez hop! retour au bled, faut être ferme comme dans leurs pays d'origines, point barre, ah!! oui, c quand même déli rant, quand on discute avec c suédois de bonne famille, il te dise en pleine fasse, que dans leur pays "il fait bon, y vivre" on ne vous retient pas, si tel est le cas

  • GLLOQ440 il y a 2 semaines

    "Il y en a qui ont des gosses parce qu'ils ne peuvent pas avoir de chien !..."

  • spirouet il y a 2 semaines

    y en a qui cherchent vraiment à attiser la haine dans ce pays

  • floalain il y a 2 semaines

    Ça met en lumière la volonté des parents d'en faire......