Nice serre les dents et entrevoit la Champions

le
0
Nice serre les dents et entrevoit la Champions
Nice serre les dents et entrevoit la Champions

Malgré une vraie domination bordelaise en seconde période, l'OGC Nice s'impose en clôture de la 31e journée de Ligue 1 et met la pression sur Paris et Monaco. Si la course au titre sera difficile pour une équipe qui commence à s'essoufler, la place sur le podium - et donc la présence en Ligue des champions - apparaît quasiment acquise.

Nice 2-1 Bordeaux

Buts : Balotelli (16e, sp), Eysseric (27e) pour Nice // Laborde (9e) pour Bordeaux

Monaco et Paris occupés à s'écharper pour la Coupe de la Ligue, Nice pouvait recoller et mettre la pression dans la course au titre. En démarrant poussivement, en finissant sans réelle maîtrise, le Gym a rempli sa mission. Grâce à la malice d'Arnaud Souquet, au talent de Valentin Eysseric, et à pas mal de réussite, Nice revient donc à un point de Paris, second, et peut encore croire au titre. Même s'il est évident que sans Alassane Pléa et Wylan Cyprien, c'est en tirant la langue que les Aiglons finissent la saison. Si le titre est encore loin, mais grâce à cette nouvelle victoire, la Ligue des champions est quant à elle tout près. Ce qui pour les Noir et Rouge, est déjà un exploit en soi.

Souquet braque Toulalan


Une transmission ratée côté bordelais, un ballon récupéré et vite donné côté niçois. Puis le petit chef d'oeuvre de la première période : dos au but, Valentin Eysseric contrôle du bout du pied gauche, se retourne et enroule un amour de frappe avec son droit (27e). Un premier but à domicile pour le joueur formé à Monaco, et un avantage au score pour l'OGC Nice dans le c½ur d'une mi-temps qui avait pourtant bien mal commencé. Un poteau d'Arnaud Souquet, d'abord (6e), pour laisser penser que les Aiglons n'auraient pas de réussite, puis un one man show de Gaëtan Laborde, profitant d'un manque d'agressivité de la charnière Dante-Lemarchand pour venir crucifier Yoann Cardinale (9e). Les jambes pas assez serrées sur ce premier tir cadré de l'avant-centre bordelais, mais l'attention suffisamment aiguisée et et les gants fermes un peu plus tard, pour préserver l'avantage azuréen sur un dégagement foiré de Lemarchand (34e), ou un tir à bout portant de Valentin Vada (36e). Deux parades décisives pour capitaliser sur le vrai tournant du premier acte au quart d'heure

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant