Nice retrouve son fauteuil de leader

le
0
Nice retrouve son fauteuil de leader
Nice retrouve son fauteuil de leader

Dans un match assez pauvre en occasions, les Niçois ont su faire la différence grâce à Pléa et retrouvent ainsi la première place du championnat.

AS Nancy 0-1 OGC Nice

But : Pléa (60e) pour Nice/i>

Mario Balotelli retrouve la confiance à Nice. Et l'attaquant italien se sent tellement bien sur la Promenade des Anglais qu'il a décidé de porter uniquement le maillot des Aiglons sur la pelouse de l'Allianz Riviera. Déjà absent du déplacement à Montpellier le week-end dernier, Super Mario, double buteur contre Marseille et Monaco, a préféré rester dans les Alpes Maritimes pendant que ses coéquipiers embarquaient direction Nancy et Marcel-Picot. Privés de leur meilleur buteur, les Niçois s'en sont donc remis à Alassane Pléa, déjà buteur lors du derby contre Monaco cette semaine. Dans un match assez pauvre en occasions, l'attaquant formé à Lyon a trouvé le chemin des filets pour la troisième fois de la saison, permettant ainsi aux Niçois de retrouver leur fauteuil de leader sur lequel l'AS Monaco s'était provisoirement installé. Game of Thrones made in Côte d'Azur.

Un tir cadré en première période


Quatre jours après leur démonstration contre l'AS Monaco à l'Allianz Riviera (4-0), les Niçois ont débarqué en Lorraine avec une équipe inédite. En vue du match de Ligue Europa, programmé jeudi en Russie, à Krasnodar, Lucien Favre laisse ses cadres : Balotelli est au repos, Belhanda, Koziello et Seri sur le banc. Les deux recrues estivales du Gym hors du onze de départ, c'est donc Alassane Pléa et Valentin Eysseric qui occupent les deux postes offensifs dans le 3-5-2 niçois. Invisible durant les vingt-cinq premières minutes de la rencontre, Pléa alerte enfin Ndy Assembé d'une superbe frappe de loin, bien boxée par le portier nancéen (26e). La première réaction des Niçois, la seule dans une première période bien maîtrisée par une solide équipe de Nancy. Emmenés par un bon Benoît Pedretti, les hommes de Pablo Correa se montrent quant à eux dangereux sur coups de pied arrêtés mais manquent de réussite dans le dernier geste à l'image de Mandanne (19e, 24e) ou Lenglet (36e). L'arbitre Antony Gautier renvoie les vingt-deux acteurs aux vestiaires sous les applaudissements du public de Marcel-Picot, qui n'a pourtant eu qu'un tir cadré à se mettre sous la dent…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant