Nice retrouve le sourire avant les fêtes

le
0
Nice retrouve le sourire avant les fêtes
Nice retrouve le sourire avant les fêtes

Bousculé pendant la majorité de la soirée, l'OGC Nice s'est finalement imposé en ouverture de la dix-neuvième journée de Ligue 1. Le tout grâce au premier but en pro de Boscagli et à un grand Cardinale dans les buts.

OGC Nice 1-0 Montpellier Hérault SC

Buts : Boscagli (31e) pour le GYM

"Joyeux Noël, c'est la fête des enfants !" C'est les fêtes, la dernière soirée de Ligue 1 avant d'aller arracher du paquet sous le sapin. Mais Olivier Boscagli fait tout en avance. Jouer chez les pros déjà, à seulement 18 ans. Il ne lui manquait qu'un petit bonus et, à quelques jours de voir débarquer le barbu éternel dans son salon, l'arrière gauche niçois a inscrit ce soir son premier but chez les grands. Une réalisation qui a permis ce soir à Nice de lancer un match bien mal embarqué à domicile pour au final reprendre goût à la victoire face à Montpellier (1-0) après quatre matches sans succès et une élimination cette semaine en Coupe. Trois points qui permettent aux hommes de Claude Puel de mettre la pression au top 4 avant les vacances et de retrouver la banane. Montpellier, de son côté, malgré toute sa volonté, est une nouvelle fois stoppé dans son élan.

Boscagli, premier coup de filet


À sept jours de Noël, Claude Puel avait pourtant décidé de sortir la doudoune et de la jouer frileux. Battu à Guingamp cette semaine en Coupe de la Ligue, l'entraîneur niçois souhaite, avant tout, éviter tout faux pas. Il décide d'installer un 5-3-2 avec trois axiaux face à une formation montpelliéraine qui veut jouer et enchaîner une deuxième victoire de rang. D'entrée, Montpellier met le pied sur le ballon, bouge le milieu adverse grâce à l'excellent Morgan Sanson et est tout près d'ouvrir le score sur une première occasion de Casimir Ninga. Une alerte qui va être confirmée par un corner direct de Boudebouz repoussé par la barre de Cardinale. Dans son coin, le Hatem de Noël commence alors à se vexer. Lui aussi veut participer à la fête et s'essaye une première fois sur un enroulé repoussé du bout des gants par Laurent Pionnier. Nice vient alors de se réveiller.

Les hommes de Claude Puel prennent possession du ballon, le font vivre notamment grâce à la verticalité incéssante de la sentinelle Nampalys Mendy. Une activité qui va être récompensée à la demi-heure de jeu par l'opportunisme du gamin Boscagli, à l'affût d'une frappe de Koziello repoussée par Pionnier. Il n'a que dix-huit ans,…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant