Nice-Monaco : Glik, « l'assassin » du Rocher

le , mis à jour à 09:38
0
Nice-Monaco : Glik, « l'assassin » du Rocher
Nice-Monaco : Glik, « l'assassin » du Rocher

Glik n’est pas Falcao. Et pour cause, le solide défenseur n’attire pas les paparazzis. Il ne déclenche pas non plus de clameur soudaine, comme la star colombienne. Mais ce Polonais au physique dissuasif (1,90 m, 80 kg) incarne assez bien la nouvelle réussite du projet monégasque. C’est-à-dire moins de clinquant pour plus d’efficacité !

 

Arrivé cet été à Monaco en provenance du Torino pour 10 M€, le stoppeur s’est déjà imposé comme le patron de la défense. « C’est comme si j’avais l’impression d’être là depuis plusieurs années », avoue l’intéressé. Même sensation pour Jardim qui s’est appuyé sur l’expérience de sa recrue, laquelle a disputé toutes les rencontres de L 1 dans leur intégralité (450 minutes).

 

« Kamil ? C’est un mec cool, souffle un ancien coéquipier. Il est très sympa. » Ah bon ? Révélation étonnante, puisque sur la pelouse, celui qui est passé par l’équipe 3 du Real Madrid est du genre hostile. Visage féroce, il tacle, vocifère, replace, recadre et castagne si besoin. En témoigne ce surnom d’Assassin Glik, qui lui a été attribué après une agression sur un joueur de la Juve lors du derby de Turin. « Oui, ce surnom me fait rire, ça m’amuse. Mais ça correspond à mes caractéristiques, à mon profil. Sur le terrain, j’aime le combat. Je donne toujours tout. »

 

CONVOITÉ DURANT L’EURO 2016

 

Pour recruter un tel tempérament, Luis Campos et ses scouts ont eu du nez. Cela avait été préparé de longue date dans la perspective du remplacement de Ricardo Carvalho. Et , quand certains émissaires d’autres grands clubs se sont réveillés durant l’Euro 2016, il était trop tard. « En mai, les contacts étaient déjà très avancés, voire quasiment finalisés », souffle un proche du dossier, fin connaisseur du marché italien. Un championnat que Glik et Balotelli connaissent bien. « Je l’ai déjà affronté en Italie, lorsqu’il jouait ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant