Nice-Matin : le tribunal choisit le projet de reprise des salariés

le
0
Nice-Matin : le tribunal choisit le projet de reprise des salariés
Nice-Matin : le tribunal choisit le projet de reprise des salariés

Le tribunal de commerce de Nice a retenu vendredi la candidature de la coopérative des salariés de Nice-Matin pour la reprise de leur groupe, placé en redressement judiciaire fin mai, optant ainsi pour le projet préservant le plus grand nombre d'emplois. Le tribunal a écarté deux offres concurrentes: celle du géant des médias belge Rossel qui prévoyait 376 départs, et celle de Georges Ghosn (ex-propriétaire de France-Soir).

Les salariés, qui ont créé une société coopérative d'intérêt collectif (SCIC), deviennent les actionnaires du groupe Nice-Matin, qui va devoir procéder à 159 départs "volontaires" (14,5% des effectifs). Pour rafler la mise, ils ont rassemblé un financement de 14,2 millions d'euros, dont 8 millions de promesses de ventes d'actifs à l'homme d'affaires Bernard Tapie, intéressé par 50% de Corse-Matin ainsi que par les murs de quatre agences locales. Ce dernier, propriétaire de la Provence, qui détient déjà 50% de Corse-Matin, va ainsi mettre la main sur 100% du quotidien corse. Il ne deviendra toutefois pas, comme dans le passé, actionnaire du groupe Nice-Matin.

460.000 euros de dons via internet

La SCIC créée par les salariés a provoqué un élan de sympathie, permettant de lever 460.000 euros de dons, via un site internet et une vente aux enchères. Elle a aussi récolté 2,3 millions d'euros grâce à une partie des salariés qui ont accepté de ponctionner leur 13e mois. Les salariés entendent maintenir les 14 éditions différentes des titres Nice-Matin, Var-Matin et Monaco-Matin (160.000 exemplaires au total).

Le groupe Nice-Matin (ex-propriété de Groupe Hersant Médias) va devoir mettre en place une stratégie numérique offensive, pour compenser la baisse de la diffusion papier des titres. Dans leur proposition, les salariés ambitionnent d'arriver à une part de 20% dans le numérique dans le chiffre d'affaires, dans sept à dix ans. Internet ne représente encore que 2,5% du ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant