Nice : Lucien Favre, le coach qui vouvoie ses joueurs

le , mis à jour à 09:40
0
Nice : Lucien Favre, le coach qui vouvoie ses joueurs
Nice : Lucien Favre, le coach qui vouvoie ses joueurs

Toute sa carrière de coach, Lucien Favre, 59 ans, aura quitté ses lieux d'entraînement avec des dizaines de DVD de foot sous les bras qu'il s'infuse durant son temps libre. « Il en regarde toute la journée parce qu'il vit foot toute la journée », se souvient l'international suisse Xavier Margairaz, vaudois comme Favre. Le milieu de terrain, sous ses ordres à Zurich au coeur des années 2000, enchaîne : « C'est un entraîneur d'exception. On a été sacrés champions de Suisse deux ans de suite et on a remporté une coupe alors qu'on avait une équipe de jeunes et d'inconnus. C'est de la folie comme il a permis à énormément de Suisses de progresser. Il travaille individuellement avec les joueurs. Il corrige le moindre détail, le moindre mouvement de corps, de la tête, du pied. Je n'ai jamais vu quelqu'un d'aussi précis et clair. Il dit à chacun pourquoi il joue ou ne joue pas. Cela permet à chaque joueur de comprendre et d'essayer de progresser. »

 

Avec Favre ont explosé, en prenant seulement l'exemple de Mönchengladbach, Ter Stegen, lancé à 18 ans dans les buts alors que le club luttait pour le maintien ; Reus, devenu une star ; Xhaka, transféré à Arsenal pour plus de 40 M€, ou encore Kramer, champion du monde 2014. La même méthode méticuleuse s'applique aujourd'hui à Nice. A l'image de Balotelli. Son feeling avec le Suisse le rend à nouveau différent et efficace. L'Italien vient de confier à « la Gazzetta dello Sport » qu'il le plaçait dans son trio de ses meilleurs entraîneurs, à égalité avec Mourinho, la plus haute marche étant réservée selon lui à Mancini.

 

« C'est plus un professeur qu'un entraîneur, détaille Wylan Cyprien, 21 ans, la révélation de cette saison en Ligue 1, déjà auteur de quatre buts en championnat. Certaines choses que je pensais bien faire, avec lui, je les réalise encore mieux grâce à ses conseils. Pour intercepter le ballon, je voulais toujours intervenir du pied droit. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant