Nice limite la casse sans Ben Arfa

le
0

La maîtrise du ballon pour les Lorientais, les occasions les plus franches pour les Niçois. Ce mardi soir, une équipe largement remaniée de l'OGCN est allé faire un 0-0 pas dégueulasse chez des Merlus en manque d'inspiration, notamment Moukandjo, inexistant.

FC Lorient 0-0 OGC Nice


Le turn-over est un luxe que l'OGC Nice ne peut pas encore se payer. Déjà privé de Mouez Hassen (suspendu) et Hatem Ben Arfa (malade), Claude Puel avait décidé de reléguer une bonne partie de ses titulaires habituels sur le banc (Mathieu Bodmer, Jérémy Pied, Valère Germain, Vincent Koziello, Jean-Mickael Seri). L'objectif : reposer ses meilleurs joueurs en vue du choc contre le PSG ce week-end. Un choix osé, mais malgré leur très bon début de saison, les Aiglons n'ont pas les moyens de se priver d'autant de monde contre Lorient. Malmenés dans le jeu par les Merlus la majeure partie du match, les Niçois ont renversé la vapeur à l'heure de jeu avec les entrées tonitruantes de Seri, Koziello et surtout Germain. Avec un de ses deux-là alignés d'entrée, il y avait fort à parier que le score aurait été différent.

Merlus et Aiglons se rendent coup pour coup


A l'aise sur leur synthétique, les Lorientais rentrent mieux dans le match que les Niçois et combinent tranquillement dans les petits espaces. Au terme du premier beau mouvement collectif, Didier Ndong enchaîne deux feintes de frappe avant de lâcher un tir malheureusement trop écrasé. Quelques minutes plus tard, c'est l'autre milieu axial de Lorient qui prend sa chance, Rémi Mulumba, d'un plat du pied intelligent des 25 mètres. Mais Cardinale est sur la trajectoire. Peu à peu, les Aiglons remettent le pied sur le ballon et opère toujours de la même manière. On travaille à droite, avant d'aller chercher Niklas Hult à l'opposé, souvent laissé seul par le fruité Pape Paye.

A la 20e minute de jeu, Benjamin Lecomte est contraint de sortir un énorme arrêt pour détourner une tête de Paul Baysse à l'issue d'un coup franc lointain tiré par Wallyson. Pour répondre, les Lorientais sortent leur meilleur tireur de coup de pied arrêté : Yann Jouffre. Sur chaque corner du milieu droit des Merlus, c'est la panique dans la défense niçoise, qui s'en sort bien jusque-là. Si les deux équipes s'attachent à ne surtout pas perdre le ballon, on sent bien qu'il manque juste une petite prise de risque d'un côté ou de l'autre pour faire basculer le match.

Manque plus que le dernier geste


La seconde…







Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant