Nice, le mois d'après

le
0
Nice, le mois d'après
Nice, le mois d'après

Dans un contexte très lourd, un mois jour pour jour après les attentats de la Promenade des Anglais, Nice retrouvait son stade pour l'ouverture du championnat lors de cette première post Ben Arfa. Un coup de casque du jeune Sarr (18 piges) a eu raison de Rennes : 1-0.

Nice 1-0 Rennes

But: Sarr (60') pour Nice

Un mois pile après les attentats sanglants qui avaient fauché 85 vies sur la Promenade des Anglais, l'OGC Nice jouait son premier match à la maison. L'ambiance y était forcément particulière, dans ce stade où l'identité niçoise est une seconde peau et où la Socca se vend sur le parvis de l'Allianz Riviera. Le score final, lui, a également tourné à l'avantages des Azuréens : un joli 1-0 avec le pion du jeune Malang Sarr (60'). Ca, c'est fait même si l'essentiel était ailleurs, notamment dans l'avant match très chargé en émotion derrière lequel il fallait pourtant s'envoyer avec une équipe complètement changée. Plus de Ben Arfa, Germain, Mendy, Pied ou encore Claude Puel. Mais le style reste le même. Jeu au sol, des petits gabarits, du mouvement, des solutions pour le porteur du ballon. Nice a son ADN. Favre s'est appuyé dessus malgré le contexte particulier. Dès l'échauffement, les joueurs et les spectateurs étaient tous vêtus de blanc, le dress code hommage du jour. Ici et là, des banderoles s'étalonnaient pour ne rien oublier : "Nissa à jamais debout" dans le virage de la Populaire Sud, "unis dans la douleur défiant la peur le peuple niçois ne s'inclinera pas" dans la travée d'en face.

21 ans de moyenne à Nice


Après un vibrant "Nissa la bella" en préambule, il fallait jouer un match. Le premier de Lucien Favre sur le banc niçois. Le premier, aussi, de cinq bizuts azuréens : Souquet, Dalbert, Sarr, Marcel et Lusamba pour un XI dont la moyenne d'âge affichait 21 ans et un seul mec sans carte SNCF 12-25 : Paul Baysse (28 piges). Dans cette jeune escouade encore en rodage, seuls les déboulés côté gauche du Brésilien Dalbert – flèche rouge – ont fait frissonné l'Allianz Riviera en première période. C'est simple, le latéral est monté trois fois en première période et Nice a été dangereux trois fois. CQFD. Après la pause, la jeunesse niçoise s'est un peu plus émancipée, à l'image du défenseur central Malang Sarr, Niçois de naissance au club depuis ses 5 ans, et auteur d'un coup de casque rageur sur un coup franc de Seri à l'heure de jeu. Sarr, 18 piges, et buteur pour son premier…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant