Nice, le fait du prince

le
0
Nice, le fait du prince
Nice, le fait du prince

C'est un peu passé inaperçu, mais l'OGC Nice va changer d'actionnaire majoritaire d'ici le mois de juin. Le président actuel, Jean-Pierre Rivère - qui détient 51% des parts de l'OGC Nice - s'est donc associé avec un mystérieux prince saoudien et un investisseur privé anglais à la dégaine de rugbyman. Pour l'instant, ce nouveau duo rachète 49% du club azuréen avant d'en devenir propriétaires à 80% en juin prochain. Petite révolution sur la French Riviera.

À Nice, avant les matchs, l'Aigle Mefi prend son envol pour rejoindre le bras de son maître posté dans le rond central. C'est un rituel. Bientôt, Mefi sera peut-être remplacé par un Faucon crécerellette, l'une des 489 espèces répertoriées en Arabie saoudite. Oui, depuis vendredi, l'OGC Nice a changé d'actionnaires et un mystérieux prince saoudien a fait son entrée au sein de l'organigramme niçois. Actuellement, Jean-Pierre Rivère, président du Gym depuis 2012, conserve 51% du club. Ce sont les 49% qui appartenaient à quatre actionnaires minoritaires (Stellardo, Governatori, Bessis, Bacchialoni) qui viennent d'être rachetés par le mécène venu de la Péninsule arabique pour une somme qui avoisinerait les 8 millions d'euros. Mais l'homme n'est pas venu seul. Surtout que pour l'instant, il souhaite garder l'anonymat. L'intermédiaire ? Un Anglais de 36 ans, sosie bodybuildé de Jason Statham du nom d'Edward Blackmore. L'Anglais, fan de Manchester United, vit à Bath avec femme et enfants. Depuis qu'il a 20 ans, il se passionne pour deux choses : le rugby et les investissements privés. C'est un apporteur d'affaires comme on dit. Un mec qui a plusieurs téléphones portables, toujours du liquide dans les poches, des costards taillés sur mesure et une bonne poignée de main. Depuis un moment, Jean-Pierre Rivère cherchait des investisseurs pour l'épauler au quotidien à Nice, avant de se retirer, petit à petit. Des Chinois, des Qataris, des Américains, le patron du Gym a rencontré et sondé du monde depuis un moment. Il y a six mois, Blackmore est venu voir l'actuel boss niçois. Les deux hommes se sont tournés autour. Chacun a enquêté sur l'autre. Pas question de faire une connerie avec le club de la Côte d'Azur.

" Jean-Jacques Goldman, c'est extraordinaire : il sait tout faire ! "

Estrosi mis au courant


Les deux hommes, des mecs aguerris au business, vont mettre six mois avant de coucher les paroles sur un bout de papier. Entre-temps, des voyages, des entrevues, Rivère s'offre même une virée en Arabie saoudite. L'histoire reste secrète. Christian Estrosi, sans qui rien ne se fait vraiment à Nice, est mis dans la confidence. Julien Fournier, le…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant