Nice : l'hôtel Westminster, refuge d'un soir

le
0
L'hôtel Westminster Concorde à Nice.
L'hôtel Westminster Concorde à Nice.

Dans la nuit du 14 juillet, une cinquantaine de personnes ont trouvé un abri à l'hôtel Westminster, l'un des plus anciens palaces de la promenade des Anglais, propriété depuis 135 ans d'une vieille famille niçoise, les Grinda. Christophe Grinda, directeur de l'établissement, dînait tranquillement sur la plage en face de l'hôtel lorsqu'il a entendu des coups de feu au-dessus de sa tête, à quelques mètres de là. « On a vu des gens sauter par-dessus le mur de la promenade et, au bout d'une heure, on les a emmenés avec nous à l'hôtel. » Parmi eux, des enfants, des familles à la recherche de leurs proches, quelques blessés aussi.

« Les employés ont fait rentrer tout le monde. Ils ont fermé les vitres de la véranda et ont apporté à boire et à manger. Ils ont essayé de réconforter les gens, alors qu'ils étaient tout aussi choqués qu'eux », poursuit Christophe Grinda, qui s'est cassé un doigt dans l'agitation. Tout est alors mis en ?uvre pour installer ces réfugiés d'un soir le plus confortablement possible. Des lits sont descendus et installés dans le salon Président et la salle aux Fresques, deux vastes salles de l'hôtel à la luxueuse déco Belle Époque.

Entre la magnificence du lieu et le désarroi des familles présentes, la scène paraît surréaliste. « Les secours sont arrivés rapidement, et on nous a dit de rester à l'intérieur », souligne le patron du palace. Les heures passent. Et vers 3 heures...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant