Nice l'emporte in extrémis.

le
0
Nice l'emporte in extrémis.
Nice l'emporte in extrémis.

Nice s'est imposé face aux Girondins (2-1), en match d'ouverture de la 21e journée, sur la pelouse de Chaban-Delmas. Bien qu'ayant fait du surplace en première période, c'est en seconde que les joueurs de Claude Puel ont passé la deuxième vitesse, allant jusqu'au bout du chrono


Bordeaux - Nice
(1-2)

D. Rolán (33') pour Bordeaux , J. Amavi (66'), A. Pléa (90') pour Nice.


66, c'est la minute durant laquelle les Niçois et Jordan Amavi ont choisi de marquer et d'égaliser. 90, celle où ils ont décidé de l'emporter. Ou le signe chiffré d'un retour sur la bonne route, donc, puisque le premier but a été un déclic pour la bande à Claude Puel. Un appel à la révolte, aussi, dans un match qui a singulièrement manqué de relief. Mais ce qui fait la diff', en plus de leur réalisme froid, c'est l'abnégation des Méditerranéens, symbolisée par le baroud final tenté dans les arrêts de jeu, et le but sur contre, donc, d'Alassane Pléa (90e). Un coup double finement mené
Ici, il ne se passe rien
Après la piètre prestation technique livrée à Monaco la semaine passée (0-0), les Girondins avaient à cœur de montrer un autre visage. Ou pas ! Parce que le début de match ressemble à s'y méprendre à celui du dimanche précédent. Mais pour mal jouer, parfois, il faut être deux. Et Nice, beau vainqueur de Lorient (3-1) le samedi d'avant, confirme la chose. Nul, on vous dit ! Les Bordelais essaient bien de porter le jeu vers l'avant d'emblée, mais rien n'y fait. À tel point que pendant quinze minutes bien tassées, il n'y a aucune action digne de ce nom, aucun tir de part et d'autre, et aucun corner. Les Ultras locaux jouent à la belote en tribune, et leurs homologues azuréens vomissent leur quatre heures. Certes, les Girondins ont une possession de balle légèrement supérieure à celle de leur vis-à-vis, quand ces derniers tentent l'exploit par le contre. Mais toujours rien. 0-0, partout.
Rolan réveille le stade
Seul Valentin Eysseric botte un coup franc excentré en guise de centre, que Cédric Carrasso bloque fastoche sur sa ligne (26e) ! Et c'est le premier tir – et cadré – de la partie ! Vexés, les copains de Grégory Sertic attaquent, et Jaroslav Plasil, sur coup franc, sert en retrait Thomas Touré ; son tir est contré (30e). On s'en fout, mais c'est le premier...










Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant