Ni prise d'otages ni séquestration à Marseille, dit Manuel Valls

le
12
L'HÔPITAL NORD DE MARSEILLE THÉÂTRE D'UNE BRÈVE PRISE D'OTAGES MI-AOÛT
L'HÔPITAL NORD DE MARSEILLE THÉÂTRE D'UNE BRÈVE PRISE D'OTAGES MI-AOÛT

PARIS/MARSEILLE (Reuters) - "Il n'y a eu ni prise d'otage, ni séquestration" à l'hôpital Nord de Marseille, a déclaré jeudi Manuel Valls, qui a appelé à la "mesure" après l'émotion médiatique suscitée par un incident survenu à la mi-août dans cet établissement.

L'information a été rapportée par le quotidien La Provence sous le titre "Prise d'otages à l'hôpital Nord de Marseille".

"Contrairement à ce qui a été rapporté par La Provence, il n'y a eu ni prise d'otage, ni séquestration à l'hôpital Nord de Marseille dans la nuit du 12 au 13 août", a dit le ministre de l'Intérieur en marge d'un déplacement à Cergy-Pontoise (Val-d'Oise).

"En revanche, un incident qui n'était pas anodin, mais qui n'a pas été caché, qui n'a été caché par personne, a bien eu lieu", a-t-il poursuivi.

"Un patient bien connu de la justice, hospitalisé pour des blessures par balle et redoutant d'être à nouveau victime d'une tentative de meurtre aurait été vu avec une arme et aurait sommé le personnel de ne rien dire sur la présence de celle-ci", a précisé Manuel Valls. "Ce sont des faits graves, mais les mots ont leur importance. Une prise d'otages, c'est un mot."

La préfecture de police de Marseille a précisé dans un communiqué que des policiers s'étaient rendus "sans délai" sur les lieux la nuit de l'incident après avoir été avisés qu'un patient hospitalisé en chirurgie thoracique avait été vu "déambuler dans les couloirs du service une arme à la ceinture".

"À aucun moment le personnel hospitalier n'a indiqué aux services de police avoir été victime de séquestration ou de prise d'otages sous la menace d'une arme", précise-t-elle.

Aucune arme n'a été retrouvée, indique la préfecture.

La direction de l'hôpital a ensuite décidé la sortie du patient.

"RIEN N'A ÉTÉ CACHÉ"

La ministre déléguée aux Personnes handicapées et à la Lutte contre l'exclusion, Marie-Arlette Carlotti, avait auparavant précisé que le directeur de l'Assistance publique - Hôpitaux de Marseille s'était ouvert de cet incident à Jean-Marc Ayrault, le 20 août, lors d'une réunion à Marseille à laquelle participait le Premier ministre au lendemain d'un nouveau règlement de comptes mortel dans les quartiers Nord de la ville.

L'AP-HM a publié jeudi une mise au point "devant les affirmations de certains médias quant à une éventuelle 'prise d'otages passée sous silence'".

"La Direction générale tient à réaffirmer que rien n'a été caché, bien au contraire", peut-on lire dans un communiqué.

La direction souligne "qu'une administration, sauf cas extrêmement encadré par la jurisprudence, ne peut se constituer partie civile au lieu et place d'un de ses salariés, dès lors qu'elle n'est pas la victime directe de l'infraction".

"Dans cette affaire, les soignants n'ayant pas souhaité déposer plainte par crainte de représailles et en l'absence de flagrant délit (l'arme n'ayant pas été retrouvée sur le patient), il n'a pas été possible de saisir le procureur de la République", explique-t-elle.

Un plan de prévention de la violence interne a été engagé le 20 août au sein de l'AP-HM.

Le maire UMP de Marseille, qui accuse le gouvernement de négliger Marseille et réclame des effectifs de police supplémentaires, a lui aussi voulu "calmer le jeu".

"Il est temps un peu de calmer le jeu après les précisions apportées par la direction générale des hôpitaux de Marseille, il faut remettre peut-être cet événement à son juste niveau", a dit Jean-Claude Gaudin à la mi-journée sur RTL.

Sophie Louet avec Jean-François Rosnoblet à Marseille, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4841131 le jeudi 5 sept 2013 à 16:06

    il devrait enmener aussi la p'tite grosse m.erde de tobiraa et l'autre abu.ti de zéro, une bonne tro.uille leur serait bénéfique

  • M4841131 le jeudi 5 sept 2013 à 16:04

    il devrait passer juste une soirée de 11h à 4h du matin ,un samedi, aux urgences, à l'accueil, çà lui ferait grand bien, cette tête de c.on !!!

  • M8303372 le jeudi 5 sept 2013 à 15:45

    C'est sur que là c'est pas bon pour les statistiques de manu1er superflic

  • 84188637 le jeudi 5 sept 2013 à 15:35

    vivement l'hiver glacial à - 15 °, l'été et le soleil c'est pas bon pour l'adrenaline , d'après les stats en hiver il y a bcp moins de délinquence

  • M7361806 le jeudi 5 sept 2013 à 15:33

    Ces marseillais sont de gros farceurs et les parigots gaubent tout !

  • LeRaleur le jeudi 5 sept 2013 à 15:31

    L'art de prendre les gens pour des ONC. Et ça côte augmente. Les français sont bien des veaux, ce n'est pas de moi, mais d'un Illustre Général.

  • M4960905 le jeudi 5 sept 2013 à 15:25

    Ben voyons, c'est la routine, sans plus.

  • mjjmimi le jeudi 5 sept 2013 à 15:22

    MAGNIFIQUE ! Bel exemple de casuistique: si, une arme à la main je vous somme de faire ceci ou de ne pas faire cela ça n'est qu'un échange normal de parole... Taubira doit se frotter les mains.

  • Onclefil le jeudi 5 sept 2013 à 15:13

    comme apres la catastrophe du train en banlieueras circulez

  • fgino le jeudi 5 sept 2013 à 15:05

    le déni :le déni est une stratégie de défense qui mène à éviter, sinon à nier une réalité !