Ni gagnant ni perdant à l'accord Merkel-Sarkozy

le
0
Pour Gérard Collomb, sénateur-maire de Lyon, «c'est tous ensemble que nous devons gagner» face à la crise de la dette que traverse l'Europe.

Ni gagnant, ni perdant. Pour Gérard Collomb, la question de savoir qui, de la France ou de l'Allemagne, l'a emporté lors du dernier sommet entre Nicolas Sarkozy et Angela Merkel ne se pose pas de cette façon». «On voit bien ce que l'ancien chancelier Helmut Schmidt a déclaré: qu'il n'y aurait pas de gagnant in fine si tous les pays demain s'écroulaient et donc que l'Allemagne elle-même connaîtrait d'extrêmes difficultés», a rappelé mardi le maire de Lyon lors du «Talk Orange-Le Figaro» en écho au discours de François Hollande lundi devant le congrès des sociaux-démocrates allemands du SPD. «Nous réussirons ensemble, nous gagnerons ensemble», avait lancé, en allemand, le candidat socialiste.

Pour le maire de Lyon et sénateur du Rhône, la menace de dégradation de la note de 17 pays européens est la dernière illustration de cet impératif de coopération. «C'est tous ensemble que nous devons gagner», a-t-il dit. Mais pas question pour autant d'appliq

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant