Neymar, le prix de l'indécence

le
0
Neymar, le prix de l'indécence
Neymar, le prix de l'indécence

Neymar arrive au PSG pour plus de 220 millions d'euros, et les dirigeants parisiens voudraient qu'on applaudisse leur montage financier odieux comme des béni-oui-oui. Impossible quand on sait ce que représente une telle somme, et quand on a un tantinet conscience de la gravité de la situation en France et dans le monde.

Alors on y est. Un an après Paul Pogba, le premier footballeur à plus de 100 millions d'euros, le PSG offre au monde le premier joueur à plus de 200 millions et nous prie de trouver ça normal. Non, messieurs les Parisiens (ou les Qataris, on ne sait plus vraiment), rien de tout cela n'est normal. En athlétisme, le record du monde du 100 mètres a longtemps été amélioré par petites touches, centième par centième. Il a fallu trois ans pour que les 9'79 de Maurice Greene soient battus par Tim Montgomery et ne deviennent 9'78. Puis trois autres années pour qu'Asafa Powell, en 2005, court la ligne droite en 9'77. Ensuite, Gatlin et ses cuisses testostéronées ont envoyé un 9'76 qui ne survivra pas à sa suspension pour dopage. Mais tout ça, c'état avant l'ouragan Usain Bolt qui ne s'embarrassait pas avec ces comptes d'épicier. En l'espace de deux ans, la foudre jamaïcaine bouclait l'affaire en 9'72, puis 9'69, avant de gifler le monde en 9'58. Le Usain Bolt de ce mercato, c'est le PSG, qui ne bat pas les records mais les explose, avec la classe et le charisme en moins. Car Bolt est un sprinteur génial, simple, toujours cool et relax. Un modèle de décontraction version " du calme man, this is Jamaica " qui prouve qu'on peut concilier le sport de haut niveau et l'amusement. Le club parisien, lui, dégage une arrogance poisseuse et puante qui nous pousse à nous demander pourquoi on aime encore le football.

Des chiffres et des chiffres

220 millions. Voire même un peu plus d'après certaines sources, mais à ce niveau-là, peu importe. Plus le salaire, et les bonus, et les avantages fiscaux, et ceci, et cela. Au total, en supposant que le Brésilien reste cinq saisons au PSG, il pourrait coûter presque 500 millions d'euros au club. Tiens, une récente étude de l'ONU publiée en 2006 montre qu'une telle somme permettrait de réduire de 10% la faim dans le monde, alors que chaque jour 30 000 enfants meurent des famines et du manque de soins. Mais que sont 500 millions d'euros face aux 500 milliards de dollars que les conflits en Irak et en Afghanistan ont couté aux États-Unis ? Une autre illustration

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant