« NextRadioTV veut jouer dans la cour des grands »

le
0
« NextRadioTV veut jouer dans la cour des grands »
« NextRadioTV veut jouer dans la cour des grands »

« Une rentrée très importante ». Alain Weill, le patron de Next-RadioTV (RMC, BFMTV) voit toujours plus grand. Après un été haut en couleurs marqué par l'accord surprise passé avec Altice, le groupe de Patrick Drahi (SFR, Numéricâble, L'Express, Libération etc), le fondateur de NextRadioTV ne cache pas ses ambitions de passer à la vitesse supérieure. A l'instar de RMC, rachetée au bord du dépôt de bilan et qui, depuis, fait de l'ombre aux grandes stations, Alain Weill veut peser dans le PAF et tout faire pour que « BFMTV joue dans la cours des grands aux coté de TF1 ».

Bâtir un groupe de communication international

Créé en 2000 par Alain Weill, alors numéro 2 de NRJ, NextRadioTV est, depuis cet été, fiancé avec Altice. Au terme de cet accord qui devrait être finalisé d'ici la fin de l'année, Alain Weill détiendra dans un premier temps 51 % du capital d'une nouvelle société qui abrite les actifs de Next-RadioTV, dès 2019, Patrick Drahi pourra grimper à 100%.

Mais pour l'heure, Alain Weill se focalise « sur les grandes choses » qu'il va pouvoir faire avec son nouvel associé. A commencer par bâtir « un grand groupe de communication international ».

Convergence entre les médias et les télécoms

Quand le patron d'Altice vient toquer à sa porte en mai dernier, Alain Weill n'en est pas à sa première sollicitation, rappelle-t-il. Mais l'homme d'affaires sait se montrer convaincant d'autant que NextRadio se sent petit à l'échelle française, notamment en télé. Le temps d'un week-end en juin, et le deal est conclu. Deux arguments ont convaincu le patron de NextRadioTV. «J'ai d'une part, toujours eu la conviction que la convergence entre les médias et les télécoms était la bonne et que, d'autre part, l'audience de la radio et de la télévision serait demain sur mobile », insiste Alain Weill qui qualifie son nouvel associé « d'homme moderne et pas interventionniste ».

Les deux hommes, qui se ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant