Nexity plaide pour une action d'urgence sur le logement

le
0
Selon le promoteur immobilier, les mises en chantier devraient atteindre leur niveau le plus bas en 2013.

Nexity se prépare à des lendemains qui déchantent. «2012 sera une année de creux pour le marché résidentiel», prévoit Alain Dinin, PDG du numéro un français de la promotion immobilière, qui aborde néanmoins l'année «avec sérénité». La faute à la crise, à l'attentisme préélectoral, aux difficultés de financement des ménages ou encore aux... «errances gouvernementales».

Comme l'ensemble de la profession, qui anticipe une baisse de 20% à 30% des réservations de logements neufs en 2012, Nexity devra notamment s'adapter à la suppression en fin d'année dernière du régime Scellier, un dispositif favorisant l'investissement locatif grâce à une réduction d'impôt pour les particuliers qui achètent un logement en vue de le louer. Dès cette année, alors que la réduction d'impôt a été ramenée à 13% contre 22% en 2011, le promoteur anticipe un tassement des ventes.

Avec la baisse progressive de cet avantage fiscal, le poids des investisseurs particuliers dans les réservations de Nexity est revenu l'an passé à un niveau plus modéré (48%) après le pic atteint en 2010 (59%). Il a été à l'origine de 76% des investissements de particuliers chez le promoteur. En annonçant le mois dernier l'augmentation du coefficient d'occupation des sols (COS) de 30% et la cession de terrains constructibles de l'État, Nicolas Sarkozy n'est pas parvenu à rassurer les promoteurs immobiliers. Sans baisse des prix, ils ne sont pas convaincus qu'il y aura assez de clients solvables pour ces logements supplémentaires.

Favoriser les revenus modestes

Et il y a urgence! «N'attendez pas! a lancé mercredi Alain Dinin à l'adresse des candidats à la présidentielle. Nous manquons de près d'un million de logements et nous mettrons en chantier moins de 330.000 logements en 2013, point bas des vingt dernières années. Les politiques seront obligés d'intervenir massivement sur la problématique du logement à partir de 2013.»

Convaincu qu'il faut agir à la fois sur la production de logement et sur les moyens donnés aux acquéreurs, Nexity a formulé mercredi ses propositions en matière de logement. Sur l'amont, «il faut créer un choc foncier et libérer des terrains à prix maîtrisés». En commençant par inciter à la mise en production de terrains constructibles déjà inscrits dans le PLU, comme les 115.000 logements situés dans des zones d'action concertée (ZAC). Afin de créer les conditions nécessaires à l'accession à la propriété, le promoteur propose la création d'un prêt d'apport logement (PAL) à 0% dont le montant varierait en fonction des revenus. «C'est un PTZ (prêt à taux zéro) mieux calibré, plus adapté aux revenus modestes, qui permettrait d'avoir une mensualité moins élevée», explique Alain Dinin, qui rappelle que plus de 80% des Français ne peuvent acheter leur logement. Il promet que son PAL ne coûterait pas plus cher à l'État que les 40 milliards d'euros du PTZ.

Autre priorité, le logement des seniors et des étudiants. Cela peut notamment passer par l'amélioration du dispositif fiscal de la location meublée non professionnelle pour encourager la création de résidences dédiées. Ces dernières représentent l'un des relais de croissance de l'entreprise sur le marché résidentiel.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant