Newtown : le boom des sacs pare-balles

le
2
Depuis la terrible fusillade, les parents américains cherchent à protéger leurs enfants avec des équipements de sécurité. Produit phare : le sac à dos blindé à l'effigie des princesses Disney ou de The Avengers.

La tuerie de Newtown a plongé l'Amérique dans le deuil. Et réveillé l'angoisse des parents américains, déjà traumatisés par plusieurs tragédies dans les écoles. Peut-être plus vite qu'ailleurs, aux États-Unis, tout évènement, aussi tragique soit-il, est porteur de bonnes affaires: depuis la terrible fusillade, les ventes de sacs à dos pare-balles sont en plein boom.

Avec un tact lacunaire, une douzaine d'entreprises dégainent des slogans anxyogènes, qui ont pour habitude de fonctionner aux États-Unis: «La question est: votre vie ou celle de votre enfant vaut-elle 229 dollars?», lance le chef d'entreprise de Black Dragon Tactical, qui vend des blindages anti-tuerie à intégrer dans les sacs. C'est juste «une sécurité au cas où votre enfant se trouve au mauvais endroit au mauvais moment», poursuit-t-il. Même tactique pour Amendement II, une société qui vend clé en main des sacs à dos pare-balles pour «protéger les enfants sans défense d'un tireur fou».

Princesses Disney et Avengers

Ceux de cette société basée à Salt Lake City sont parfaitement designés pour plaire aux jeunes: des princesses Disney pour les petites filles, les super-héros de The Avengers pour les petits garçons, et un modèle SwissGear pour préserver le style des adolescents. Quant à la plaque pare-balle en nanotubes de carbone, elle est insérée en toute discrétion, et pèse à peine 500 grammes. Pour autant, elle est capable, dans sa version basique, de stopper des calibres 45 et des 9 millimètres. Pour les .44 Magnum, il faudra opter pour une surcouche, facturée environ 100 dollars en plus des 300 dollars (en moyenne) à débourser pour le sac. Hors frais de livraison.

Amendement II assure que depuis Newtown, ses ventes sont trois fois plus importantes. Reste à voir si les Américains fraîchement bouleversés par la tuerie, vont juger qu'il est nécessaire de protéger leurs enfants dans la durée. Si Barack Obama a assuré que son Administration soumettrait «dans les prochaines semaines» au Congrès des propositions de réforme sur le port des armes, les Américains ont néanmoins peur. Et dévalisent les magasins d'armes, notamment les armes semi-automatiques de guerre, pendant qu'elles ne sont pas encore interdites. Le puissant lobby des armes aux États-Unis se frotte les mains.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Rockfund le mardi 25 déc 2012 à 13:38

    Et s'il se la prennent en pleine tête la balle qu'est ce qu'ils vont sortir ? Une armure faciale équipée de micro-missile sol-air capable d'intercepter ces balles ? Après ils viennent nous gonfler pendant des heures dans les JT pour qu'on lâche tous une larme...qu'ils crèvent joyeusement

  • supersum le mardi 25 déc 2012 à 09:42

    Travaille bien mon chéri et n'oublie pas ton cartable pare-balle et ton colt