New York: ouverture du procès du créateur présumé de "l'eBay de la drogue"

le
0
New York: ouverture du procès du créateur présumé de "l'eBay de la drogue"
New York: ouverture du procès du créateur présumé de "l'eBay de la drogue"

Le procès du cerveau présumé du site internet Silk Road, qui proposait toutes sortes de drogues payables en monnaie électronique bitcoin, des kits de piratage ou encore des faux papiers, s'est ouvert mardi à New York avec la sélection des jurés.Interpellé en octobre 2013 à San Francisco et placé ensuite en détention provisoire à New York, Ross Ulbricht, 30 ans, est soupçonné d'avoir dirigé le "plus grand et le plus sophistiqué marché noir de la criminalité sur internet", affirme l'accusation.Mardi, il s'est présenté devant un tribunal de Manhattan en blazer noir et a plaidé non-coupable des sept chefs d'inculpation, parmi lesquels blanchiment d'argent et trafic de stupéfiants. Il risque la réclusion à perpétuité.Le procès, prévu pour durer quatre à six semaines, a débuté mardi sous la présidence de la juge Katherine Forrest avec la sélection de 12 jurés et de quatre remplaçants.Ross Ulbricht est accusé d'avoir créé en 2011 et dirigé pendant trois ans ce site qui a permis à des milliers d'internautes de blanchir des millions de dollars d'argent sale.Fermé par le FBI juste après son arrestation, Silk Road permettait également d'acquérir héroïne, cocaïne ou LSD grâce à la monnaie virtuelle bitcoin, en garantissant l'anonymat à "plus d'une centaine de milliers" d'acheteurs dans une dizaine de pays en Europe et en Amérique du Nord.Des kits de piratage informatique, des faux permis de conduire, passeports, documents d'assurance ainsi que des services de tueurs à gage étaient également proposés sur ce site, d'après l'accusation qui soupçonne également M. Ulbricht d'avoir voulu faire assassiner un utilisateur de Silk Road qui menaçait de révéler les noms d'autres clients.- Une poignée de manifestants -La famille et les amis de Ross Ulbricht, convaincus de son innocence, ont levé près de 340.000 dollars pour financer sa défense via un site intitulé "Free Ross" ("Libérez ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant