New York : malgré la victoire, pas d'effusions dans le camp de Blasio

le
0
Bill de Blasio lors du discours marquant sa victoire aux municipales de New York.
Bill de Blasio lors du discours marquant sa victoire aux municipales de New York.

Pour fêter son élection à plus de 70 % des voix, le nouveau maire de New York, Bill de Blasio, a choisi le gymnase YMCA du quartier bourgeois et résidentiel de Park Slope, à Brooklyn, où il vit avec sa femme et ses deux enfants. Si sa victoire a été aussi large que prévu et annonciatrice d'un grand changement pour la ville, la fête, elle, aura été plutôt calme...Le morceau "Empire State of Mind" de Jay-Z, emblématique rappeur brooklynois, retentit. Supporteurs et militants savent alors que leur nouveau maire est sur le point de monter sur scène pour s'adresser à eux. Il est 22 heures. La foule paraît dense. Mais si on regarde de près l'architecture de la salle, on s'aperçoit qu'elle a été coupée en deux par une cloison montée juste derrière la scène. Pour occuper l'espace ?Bientôt, le discours de Bill de Blasio, le "mayor-elect", commence. Sans surprise, il annonce qu'il s'agit de "la victoire de toutes les communautés" qui habitent New York, "cette ville, où chacun peut, peu importe la couleur de sa peau, se sentir chez lui". Silence dans la salle. Puis, comme à son habitude, Bill de Blasio se met à parler en espagnol, avec un accent qui rend ses propos quasi incompréhensibles. Rires amicaux dans la salle. Il reprend la même rhétorique du multiculturalisme. Des militants aux deux tiers blancs

Pourtant, dans le public comme chez les militants, on ne trouve que peu de non-Blancs, moins du tiers des personnes présentes. En effet,...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant