New York-Les policiers tournent le dos au maire en signe de protestation

le
2

(actualisé avec attitude des policiers) par Jonathan Allen et Sebastien Malo NEW YORK, 27 décembre (Reuters) - Des dizaines de milliers de policiers venus des quatre coins des Etats-Unis se sont massés samedi dans une église de New York et dans les rues avoisinantes pour les obsèques de l'un des deux agents tués par un homme qui disait vouloir venger la mort de plusieurs Noirs non armés abattus par les forces de l'ordre. Pendant la cérémonie, le maire de New York, Bill de Blasio, de même que le vice-président américain Joe Biden et d'autres personnalités, ont prononcé l'éloge funèbre de l'agent de police Rafael Ramos. Alors que le maire démocrate de New York commençait à parler, les milliers de policiers en uniforme massés à l'extérieur ont tourné le dos à son image projetée sur des écrans géants, pour protester contre le soutien apporté par l'élu aux manifestations contre le décès de Noirs tués par les forces de l'ordre. Des policiers newyorkais avaient déjà boudé le maire voici une semaine à son arrivée à l'hôpital où Rafael Ramos et son collègue Wenjian Liu avaient été déclarés morts. "Il voulait protéger les autres et ceux qui sont appelés à le faire sont d'une trempe particulière", a déclaré le maire, évoquant Rafael Ramos. Rafael Ramos et Wenjian Liu étaient respectivement âgés de 40 et de 32 ans. Leur mort est survenue après plusieurs semaines de manifestations contre les violences policières et de tensions raciales. La mobilisation a débuté fin novembre après la relaxe des agents impliqués dans les décès des Noirs Michael Brown à Ferguson, dans le Missouri, et Eric Garner à New York. "Votre mari et son partenaire faisaient partie de la fine fleur de New York et ce ne sont pas des paroles en l'air", a déclaré Joe Biden, s'adressant à la veuve de Rafael Ramos au début de l'office religieux. "Je pense que la grande force de police de cette ville à la diversité incroyable doit montrer à la nation comment combler ses divergences. Vous l'avez déjà fait et vous allez le refaire", a-t-il poursuivi. L'assassin des deux agents, un Noir nommé Ismaaiyl Brinsley, s'est ensuite suicidé d'une balle dans la tête. Il avait auparavant tiré sur sa compagne, qu'il a grièvement blessée. Cet homme de 28 ans avait un casier judiciaire dans l'Etat de Géorgie, où il a effectué neuf peines de prison entre 2004 et 2010 pour vol à l'étalage, entrave à l'exercice de la justice ou encore menaces terroristes. (Jean-Philippe Lefief et Eric Faye pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • 300CH le dimanche 28 déc 2014 à 01:52

    Les nôtres "policiers, gendarmes, militaires, etc..", mort dans l'execise de leur fonction, il devrait faire la même chose quand nos chères branquignoles du trône viennent aux obsèques ou autres, leurs tournées le dos, il comprendrait peu être?? De la situation qu'ils sont en ce moment

  • M3182284 le samedi 27 déc 2014 à 22:41

    La communauté noire soutient des délinquants, des assassins parce qu'ils sont noirs. qui va manifester pour ces fonctionnaires tués parce que blanc? Le fait est, l'écrasante majorité des délinquants est noire et pas blanche, et ce maire immonde s'est fait élire parce que sa femme est noire. Je souhaite le même sort à cet édile qu'aux malheureuses victimes dont il a une grande responsabilité