New York : le gendre de Ben Laden curieusement bavard lors de son procès

le
0
New York : le gendre de Ben Laden curieusement bavard lors de son procès
New York : le gendre de Ben Laden curieusement bavard lors de son procès

Souleymane Abou Ghaith, l'un des gendres d'Oussama Ben Laden, a créé la surprise mercredi à New York, en témoignant longuement lors de son procès, qui continue jeudi et où il est notamment accusé de complot visant à tuer des Américains.

Barbe poivre et sel, en costume et chemise à col ouvert, Souleymane Abou Ghaith, 48 ans, a pendant plusieurs heures répondu aux questions de la défense, puis des procureurs, racontant sa soirée du 11-Septembre avec le chef d'Al-Qaïda, ses convictions, sa fuite d'Afghanistan vers l'Iran, et rejetant les accusations du gouvernement américain, pour lesquelles il risque la réclusion à perpétuité.

S'exprimant en arabe, traduit en anglais par un interprète, détendu mais précis, il a raconté qu'il s'était rendu en Afghanistan en juin 2001, car il voulait «connaître le nouveau gouvernement islamique». Il voulait aussi «enseigner et prêcher». Il a reconnu avoir enregistré dans les mois suivants plusieurs vidéos à la demande de Ben Laden, qui l'avait convoqué après avoir appris qu'il était un imam koweïtien. Dans l'une de ces vidéos, il affirmait que «la tempête ne s'arrêtera(it) pas, spécialement la tempête des avions».

Dans les grottes de Ben Laden

Souleymane Abou Ghaith a entraîné des jurés médusés dans les grottes de Ben Laden le soir du 11-Septembre, dans les montagnes d'Afghanistan, où le chef d'Al-Qaïda lui affirme à propos des attentats : «C'est nous qui l'avons fait».

Ben Laden lui demande alors son avis, et Souleymane Abou Ghaith, assis près de lui avec également le numéro 2 de l'organisation, Ayman al-Zawahiri, lui aurait répondu que les Etats-Unis ne s'arrêteraient pas avant de l'avoir tué et d'avoir renversé le régime taliban. «Vous êtes trop pessimiste», lui aurait répondu Ben Laden, tué début mai 2011 au Pakistan par des unités spéciales américaines.

Abou Ghaith restera, selon son témoignage, deux semaines dans les montagnes afghanes. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant