New York : la vente de cigarettes interdite au moins de 21 ans

le
0
New York : la vente de cigarettes interdite au moins de 21 ans
New York : la vente de cigarettes interdite au moins de 21 ans

La mesure votée le 19 novembre 2013 à l'initiative de l'ancien maire Michael Bloomberg prend effet six mois plus tard. Depuis dimanche à New York, il n'est plus question de vendre tabac, cigarettes, voire cigarettes électroniques aux personnes ayant moins de 21 ans. Et pas moyen de tricher. Pour que la transaction se fasse, l'acheteur doit présenter sa carte d'identité, ensuite passée au scanner.

Cette nouvelle loi, sans précédent dans une grande ville américaine, de relever de 18 à 21 ans l'âge légal pour acheter tabac et cigarettes vise à réduire à terme de 55% le tabagisme chez les 18-20 ans. En dix ans à New York, le pourcentage de fumeurs chez les adultes a chuté de 21,5% (en 2002) à 14,8% (en 2011), selon les statistiques officielles. Mais celui des jeunes est resté inchangé depuis 2007, à 8,5%.

Entrée s'acheter un paquet dans le magasin «Bouverie Iconic Magazine», qui vend tabac, journaux, bonbons, café et pâtisseries, dans le quartier de Nolita, Nataleigh Kohn, 23 ans, employée d'une start-up, se prête de bonne grâce au contrôle du buraliste. «C'est une bonne chose», juge-t-elle : «Ça empêche les lycéens de commencer à fumer».

«Ils demanderont à des plus vieux»

Thomas Wall, un ancien fumeur de 24 ans qui travaille dans l'architecture est du même avis, et content que la loi s'applique aussi à la cigarette électronique à laquelle il «ne fait pas vraiment confiance». «Cela va décourager un certain nombre de jeunes», dit-il, tout en soulignant que les lycéens qui le veulent vraiment pourront toujours trouver «une autre façon» d'obtenir des cigarettes. «C'est comme les lois sur l'alcool, ils demanderont à des plus vieux» de les acheter pour eux, dit-il.

Le buraliste Muhammad Arisur Khaman assiste bien à quelques protestations, mais pas beaucoup, dit-il. «Des jeunes ne sont pas contents, ils me demandent pourquoi, je leur dis que c'est la loi», ajoute-t-il. «C'est une décision ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant