New-York, Copenhague, Londres : ces métros qui fonctionnent la nuit

le
1

Plus d'un siècle après le « subway » - le métro de New-York fonctionne 24h/24 depuis... 1904 - c'est au tour du célèbre « tube » de Londres d'ouvrir jour et nuit les week-end, dès ce vendredi 19 août.

 

Cette ouverture nocturne avait été annoncée par Boris Johnson dès 2014. Mais l'affaire n'a pas été simple. L'ancien maire de la capitale britannique a dû faire face à l'opposition des syndicats, qui réclamaient une hausse de salaire, qu'ils ont finalement obtenue au début de l'année. « Ce ne sont pas les politiciens et leurs fonctionnaires qui vont offrir ce "Tube de la nuit" à Londres, mais les techniciens chargés du ménage, les conducteurs et les ingénieurs travaillant en horaires décalés qui vont transformer Londres en une une ville toujours debout », avait déclaré Mick Cash, secrétaire général du principal syndicat de transport anglais.

 

New-York, Chicago et Copenhague sont les trois seules villes au monde proposant des lignes de métro ouvertes en permanence, la semaine autant que le week-end. Si plusieurs métropoles sont tentées de sauter le pas pour obtenir le statut attractif de « ville qui ne dort jamais », la résistance des syndicats de ces transports souterrains est souvent un frein.

 

 

Entre «fêtards» et travailleurs

 

Pour Londres, l'ouverture du métro la nuit « n'est pas destinée qu'aux fêtards. C'est pour l'économie de la nuit - ceux qui travaillent dans l'hôtellerie, les hôpitaux », détaille Mark Wild, membre du London Undergroud, structure en charge du métro londonien. « Nous attendons un joyeux mélange de passagers, venus profiter de la vie nocturne de la ville. Mais c'est aussi un moyen de donner plus de mobilité aux gens. »

 

Cette nouvelle amplitude horaire pourrait, selon certaines estimations, rapporter 360 millions de livres (417 millions d'euros) et 2000 emplois à la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dotcom1 il y a 4 mois

    A Paris, on a déjà du mal à faire bosser les syndicalistes la journée alors la nuit n'y pensez même pas.