New York avec toi...

le
0
New York avec toi...
New York avec toi...

La MLS reste encore un mystère et voir une de ses rencontres conserve encore un peu le charme d'une visite au pays imaginaire du foot, au charme hybride. À New York, plus qu'ailleurs.

Il y eut d'abord, quitte à choisir, ce moment du match où McManara, auteur de l'égalisation pour un New York City mené toute une mi-temps par les visiteurs du DC United, accroche par derrière et à deux mains, à l'instar d'un U9 vexé comme un poux, le maillot de l'attaquant adverse... Le tout devant l'arbitre : carton jaune, qui s'apparente davantage à de la pédagogie qu'à une sanction. Juste une focale sur cette action aurait pu nous faire plonger en National, quelque part du côté de Chambly ou Colmar. Sauf que l'enceinte s'appelle bien le Yankee Stadium, dans le Bronx, survolée par les avions qui décollent de la Guardia ou JFK, et que le terrain de foot souffre d'un léger complexe de taille au milieu de l'aire dévolue au base-ball. Sauf que l'hymne américain, chanté live avant le coup d'envoi, et quelque peu massacré à coup d'emphase vocale par une blonde ascendant country, pendant que le public tout en bleu écoute religieusement la main sur le cœur, nous fait bien oublier Chambly. Sauf que les équipes sont accueillies par une haie d'honneur formée de policiers et pompiers de Big Apple tendant bien haut leurs écharpes (les seuls vrais ultras US finalement). Et nous font oublier Colmar aussi du coup, tout en rappelant comment NYCFC sait sur-exalter l'identité new-yorkaise à coups de graph hip-hop et d'appel à l'unité de tous les " quartiers ", avec forcément une bataille d'égo et de " marché " avec les rivaux des Red Bulls. Pour les derniers indécis, McManara, pur produit du soccer universitaire, du système des drafts, évolue aux côtés de David Villa et Andrea Pirlo.

Une enceinte à moitié remplie


La MLS affiche bien tous les atours du sport US, son décorum, son talent pour produire le spectacle, et sa volonté de satisfaire un client qui paie très cher sa place et sa junk food. Impossible donc de se sentir ailleurs. Le stand de hot dog casher, choucroute comprise, ou les dizaines de points de vente de merchandising démontrent dans le moindre détail que le sens des affaires ne se limite pas ici à pleurer auprès du Conseil d'État. Le sport est avant tout entertainment et la machine s'avère très - trop ? - bien huilée. Le soccer calque donc sans fausse pudeur son savoir-faire avec la même assurance que dans les autres League. La MLS est même devenue une attraction touristique et on y croise quelques Français en maillot vintage RTL du PSG, qui hésitent devant le…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant