New Look dit avoir reçu une offre pour sa filiale française Mim

le
0

LONDRES, 12 août (Reuters) - Le groupe britannique de prêt-à-porter New Look NEWOON.UL a dit mardi avoir reçu une offre de reprise pour sa filiale française Mim, qu'il espère pouvoir céder rapidement. Le directeur général Anders Kristiansen n'a pas communiqué le nom du prétendant mais a précisé qu'il s'agissait d'un groupe asiatique déjà présent en Europe mais non dans le commerce de détail. "On progresse bien. Je pense que cela se fera", a-t-il dit à l'occasion de la présentation des résultats trimestriels. New Look, contrôlé par les fonds de capital-investissement Apax APAX.UL et Permira aux côtés du fondateur Tom Singh, avait annoncé en juin qu'il pourrait céder sa filiale déficitaire, la France n'entrant pas dans ses projets de développement. (voir ID:nL6N0OK1CG ) La stratégie de New Look vise à développer sa marque éponyme au Royaume-Uni, sur internet et à l'international dans quatre pays - la Chine, la Pologne, la Russie et l'Allemagne. Sur son site internet, Mim revendique une place dans les 10 premières enseignes de prêt-à-porter féminin en France et dit disposer d'un réseau de plus de 300 magasins en France et en Belgique, qui s'enrichit chaque année de 15 à 20 boutiques. New Look a publié pour son premier trimestre clos le 28 juin un chiffre d'affaires en hausse de 8,1% à 392,5 millions de livres (493 millions d'euros), avec une progression de 8,9% des ventes des magasins ouverts depuis plus d'un an. Au Royaume-Uni, son principal marché, les ventes ont augmenté de 11,6% à périmètre comparable et les ventes en ligne ont bondi de 39,2%. Le bénéfice hors exceptionnels a progressé de 18,8% à 59,4 millions de livres, un résultat meilleur que prévu selon le groupe. "Nous avons eu un début de deuxième trimestre plaisant", a noté Anders Kristiansen. New Look, dont l'endettement net s'élève actuellement à 1,04 milliard de livres, avait dû renoncer en 2010 à s'introduire en Bourse du fait de conditions de marché difficiles. Anders Kristiansen a prévenu qu'aucun nouveau projet de ce type n'était à l'ordre du jour. "Les propriétaires, actionnaires, décideront du moment de lancer une IPO. (...) Je ne l'imagine pas dans un avenir immédiat", a-t-il dit. (James Davey, Véronique Tison pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant