Neville, les associés de Lim

le
0
Neville, les associés de Lim
Neville, les associés de Lim

Annoncé depuis quelques jours du côté de Fulham et alors que son frère assurait l'intérim à Valence, Gary Neville a finalement été nommé entraîneur des Blanquinegros mercredi. Le tout avec un arrière-goût de copinage qui passe mal.

Les joueurs chés s'en étonnent encore. Calfeutrés dans le vestiaire visiteur du Sánchez-Pizjuán, ils apprennent, portable en main, la démission de leur entraîneur. Ce même Nuno Espirito Santo qui, cinq minutes plus tôt, ne leur annonce pourtant rien lorsqu'il prend la direction de la salle de presse. À une défaite humiliante face aux Sevillistas - le Valence CF n'a pas tenté la moindre frappe de la rencontre - se juxtapose donc la fin d'un cycle d'un peu plus d'un an à Mestalla. Un renversement de situation encore improbable en mai dernier, tant le coach portugais s'était mis l'exigeante aficion valencienne dans la poche. L'été et son marché des transferts sont passés par là, et ont provoqué une fracture irrémédiable entre les gradins et la guérite de l'antre ché. De ce funeste été, un seul élément, justement incorporé lors de ce mercato, en ressort grandi : Phil Neville. Débarqué en tant qu'adjoint, il se retrouve aujourd'hui avec les clés du camion en main. Des clés qu'il partage avec son frère, Gary, officiellement intronisé comme successeur de Nuno. Cette nouvelle, rassurante de par l'absence de Jorge Mendes, n'en demeure pas moins énigmatique pour la nébuleuse des Naranjas.

De Salford à Mestalla, c'est fifty-fifty


Car la nomination de Gary Neville à Valence est, à l'instar de celle de Nuno en son temps, l'histoire d'un arrangement entre amis intimes. Cette histoire trouve, elle, naissance de l'autre côté de la Manche, dans la grisaille mancunienne. Giggs, Scholes, Beckham, Butt et les frères Neville, Phil et Gary, l'ancien capitaine de cette Class of' 92, décident, une fois leur carrière terminée, de redonner vie à leurs racines. Après avoir tout connu à MU sous la houlette de Sir Alex Ferguson - pêle-mêle, ils remportent deux Ligues des champions (1999, 2008), une Coupe intercontinentale, trois FA Cup… -, ces icônes prennent possession de la rambarde du Salford City Football Club, club de la ville où la bande a grandi. Ensemble, ils veulent dépoussiérer la tristement célèbre Dirty Old Town, surnom décerné à cette ville par les Pogues dans les années 50. L'objectif est de rendre à Salford un club professionnel et, donc, de redresser rapidement le Salford City FC. Les gamins d'Old Trafford injectent alors leurs économies dans le club et…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant