Neville, histoire d'un consultant fauché

le
0
Neville, histoire d'un consultant fauché
Neville, histoire d'un consultant fauché

Hier consultant vedette et reconnu sur Sky Sports, Gary Neville connaît des heures sombres du côté de Valence où il n'a toujours pas connu la victoire en championnat après deux mois en poste. Du difficile mouvement entre un canapé et un banc.

La scène date d'avril 2015. Du côté de Barcelone, c'est une soirée comme une autre. Le quartier de Les Corts voit ses rues dégueuler de familles drapées en bleu et grenat. Toutes se dirigent vers la même direction. Celle du Camp Nou où le Barça reçoit Getafe pour le compte de la trente-quatrième journée de Liga, huit jours après avoir écarté le PSG des quarts de finale de la Ligue des champions. Le refrain est toujours le même : Messi, Neymar et Suárez qui rigolent, Xavi qui plante aussi à son tour et un 6-0 au final. La semaine suivante, le Barça gagnera même 8-0 à Córdoba. Devant sa tablette tactile XXL et à côté de son pote Jamie, Gary Neville donne sa leçon hebdomadaire sur Sky Sports : "Regardez les équipes qui viennent au Camp Nou pour en prendre cinq, six ou sept... Ok, le Barça est une bonne équipe, une grande équipe même. Mais moi, si j'étais associé à l'une de ces équipes qui se prend 7-0, je n'oserais plus regarder ma famille dans les yeux." Depuis, Gary a changé son costume pour filer un coup de main à son pote-associé Peter Lim du côté de Valence et connaître, enfin, sa première expérience sur un banc. C'était il y a maintenant plus de deux mois. Bilan ? Aucun succès en championnat, une qualité de jeu discutée et discutable et une belle branlée : 7-0 contre le Barça en demi-finale aller de Coupe du Roi. Dans les yeux, et en pleine gueule.

Neville : " L'une des expériences les plus douloureuses de ma carrière "

"Un abandon de la bataille"


La réaction a été immédiate. Face à la presse, Neville avoue avoir vécu "l'une des expériences les plus douloureuses de [sa] carrière dans le football". "J'en ai eu en tant que joueur et maintenant en tant qu'entraîneur. On a fait tellement d'erreurs absurdes, que vous n'avez pas le droit de faire, peu importe le niveau. Et encore moins contre cette équipe. Je suis vraiment désolé pour les supporters. Ils ne méritent pas une performance comme celle-là." Dimanche après-midi, Valence a confirmé sa forme actuelle avec une nouvelle défaite à Séville face au Betis (0-1) et pointe à une délirante quatorzième place, neuf mois après avoir décroché par le jeu…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant