Neuf parents sur dix craignent le bizutage

le
0
La pratique a beau être interdite depuis treize ans, elle perdure parfois dans certaines écoles sous le couvert de «week-ends d'intégration».

On ne dit plus «bizutage», mais «week-end d'intégration». Sauf que la pratique est restée la même. Le bizutage a beau être un délit puni par la loi depuis 1998, les petits nouveaux continuent d'être mis à l'épreuve à chaque rentrée par leurs aînés.

Une situation qui préoccupe les parents d'élèves, selon un sondage du Comité national contre le bizutage (CNCB) rendu publique mardi. L'enquête a été réalisée en février auprès de 3276 adhérents des deux principales fédérations de parents d'élèves. A la question, «savez-vous qu'un jeune qui est bizuté encourt les risques suivants», les personnes interrogées répondent oui à 92,5% pour des «traumatismes psychologiques graves» et oui à 86,5% pour «alcoolisation massive, coma éthylique, décès». Pour les parents d'élèves et étudiants interrogés, le bizutage représente à 78% «une épreuve humiliante», à 38,8% «une atteinte aux droits de l'homme» mais aussi à 27,6% «une tradition». «L'é

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant