Neuf morts dans une avalanche près de Chamonix

le
0
AVALANCHE MEURTRIÈRE PRÈS DE CHAMONIX
AVALANCHE MEURTRIÈRE PRÈS DE CHAMONIX

CHAMONIX, Haute-Savoie (Reuters) - Neuf alpinistes ont péri jeudi dans une avalanche près de Chamonix, la plus meurtrière de ces dernières années dans les Alpes françaises et douze autres ont été blessés, selon un bilan de la préfecture de Haute-Savoie.

Neuf personnes ont été retrouvées indemnes dans la coulée de neige, précise-t-on de même source.

Deux alpinistes, également partis jeudi à l'aube du refuge des Cosmics et portés disparus, ont été identifiés et "n'étaient pas sur le site au moment de l'avalanche", précise la protection civile de Haute-Savoie.

Les sauveteurs sont à la recherche d'autres personnes non recensées au refuge et qui auraient pu partir en solo.

Les neuf morts sont tous de nationalité étrangère : deux Espagnols, trois Allemands, un Suisse et trois Anglais.

Les 12 blessés sont français, suisses, espagnols, serbes, allemands, américains et danois. L'un d'eux, de nationalité suisse, est dans un état grave. Il a été évacué à l'hôpital de Sallanches avant d'être transporté à celui de Sion.

Six blessés sont déjà sortis de l'hôpital.

Le départ de l'avalanche, sur le Mont Maudit, dans le massif du Mont-Blanc, a emporté, dès leur départ du refuge, à 4.000 m d'altitude, vers 5h00, deux cordées composées de 28 alpinistes mais également des alpinistes solitaires.

Certains ont pu faire demi-tour, indique la préfecture de Haute-Savoie. D'importants moyens de secours ont été envoyés sur place dès l'alerte donnée par un des alpinistes.

Les recherches, qui ont mobilisé 60 gendarmes, deux équipes cynophiles, deux CRS de montagne, six secouristes italiens, 15 pompiers et deux hélicoptères, ont été interrompues en fin d'après-midi à cause des risques d'avalanches.

Selon l'adjoint au maire de Chamonix, Jean-Louis Verbier, les conditions météorologiques étaient bonnes, jeudi matin, et rendaient donc imprévisible ce drame.

D'après les premiers éléments de l'enquête, il semble qu'un alpiniste ait fait partir une plaque de 40 cm d'épaisseur à mi-pente. Un amas de neige de 100 m2 sur deux mètres d'épaisseur a été formée par l'avalanche, précise la préfecture.

Une procédure judiciaire devait être engagée par le peloton de gendarmerie de haute montagne de Chamonix pour préciser les circonstances de l'accident.

Une chapelle ardente a été dressée au centre hospitalier de Chamonix pour permettre l'accueil des familles des victimes.

Ce secteur, très fréquenté à cette période de l'année, comptait jeudi matin 38 alpinistes. C'est la deuxième voie d'accès au Mont-blanc la plus fréquentée après le Goûter, ce qui explique la présence de nombreux étrangers.

La préfecture présente cet accident comme l'avalanche la plus meurtrière des dernières années. Le précédent accident grave remonte au 24 août 2008 : huit alpinistes suisses, autrichiens et allemands avaient péri au Mont-Blanc du Tacul.

Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls est venu sur place.

Signe Nissen, avec Catherine Lagrange à Lyon, édité par Patrick Vignal

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant