Neuf morts dans les violences politiques au Bangladesh

le
0

DACCA, 7 février (Reuters) - Au moins neuf personnes, dont deux enfants, ont péri au Bangladesh dans l'incendie criminel d'un bus et d'un camion, provoqué par des cocktails molotov lancés par des manifestants de l'opposition, a rapporté samedi la police. Le Parti nationaliste du Bangladesh (BNP) a boycotté les élections législatives il y a un an, estimant qu'elles seraient truquées, et a intensifié ses actions en janvier pour tenter de contraindre la chef du gouvernement, Cheikh Hasina, à démissionner et à convoquer des élections anticipées. Au cours du mois écoulé, au moins 70 personnes ont péri et des centaines d'autres ont été blessées dans les violences politiques à travers le pays. Six personnes dont deux enfants sont mortes dans l'incendie d'un autobus bondé, vendredi soir, dans le district de Gaibandha dans le nord du pays. Une trentaine d'autres personnes ont été blessées dont plusieurs dans un état critique, a dit la police. Trois autres personnes ont péri dans l'incendie d'un camion touché samedi matin par un cocktail molotov dans le district de Barisal, dans le Sud, indique la police. Le BNP bloque des routes, des voies de chemin de fer ainsi que des canaux et rivières en signe de protestation et entend poursuivre son mouvement de protestation jusqu'à la démission du gouvernement. Il a appelé à une grève générale de 72 heures dans l'ensemble du pays à partir de dimanche matin. Depuis des années, la vie politique du pays est focalisée sur l'âpre rivalité qui oppose Cheikh Hasina à la bégum Khaleda Zia, chef du BNP et ancienne chef du gouvernement. (Ruma Paul; Eric Faye pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant