Neuf étrangers enlevés et un Français tué en Algérie

le
0
PRISE D?OTAGES EN ALGÉRIE, UN FRANÇAIS TUÉ
PRISE D?OTAGES EN ALGÉRIE, UN FRANÇAIS TUÉ

ALGER (Reuters) - Des islamistes armés ont enlevé mercredi neuf expatriés et tué deux personnes, dont un Français, sur un site de production gazière dans le sud-est de l'Algérie, a-t-on appris auprès de responsables locaux et des firmes qui les emploient.

L'attaque sur le site d'In Amenas a été revendiquée par la "katiba" (brigade) des Moulathamine, qui se réclame d'Al Qaïda, rapporte l'agence de presse mauritanienne Ani.

Les islamistes d'Ansar Dine, l'un des mouvements qui tiennent le nord du Mali, avaient menacé de lancer des représailles contre la France après son intervention militaire dans son ancienne colonie entamée vendredi dernier.

Le gisement visé mercredi se trouve près de la frontière libyenne, à 1.300 km d'Alger. Il est exploité par un consortium formé de la Sonatrach algérienne, de la compagnie pétrolière norvégienne Statoil et de sa consoeur britannique BP.

"Un groupe de terroristes, fortement armé, arrivé à bord de trois véhicules, a investi mercredi à 05h00, la base-vie de Sonatrach à Tigantourine, à proximité d'In Amenas, à une centaine de kilomètres de la frontière algéro-libyenne", dit l'agence APS citant le ministère algérien de l'Intérieur. "L'attaque a porté d'abord sur un bus qui quittait cette base transportant des étrangers vers l'aéroport d'In Amenas".

Une source locale a fait état de la mort d'un Français, mais on ignore s'il s'agit ou non d'un des otages. L'APS signale quant à elle la mort d'un Britannique et parle de deux tués au total. Elle dénombre en outre six blessés qui sont deux étrangers, deux gendarmes et deux agents de sécurité.

Cinq Japonais employés par la société d'ingénierie JGC Corporation figurent parmi les otages, a dit un responsable local, ce qui a été confirmé par la compagnie.

CELLULE DE CRISE À PARIS

Un Irlandais et un Norvégien sont également du nombre, ont fait savoir Dublin et l'épouse du second. "J'ai reçu un appel de mon mari ce matin et il dit avoir été enlevé", a-t-elle déclaré au quotidien Bergens Tidende.

L'armée algérienne a lancé une opération pour leur porter secours et s'est déployée autour des installations de Tigantourine où vivent les expatriés, dit-on de même source.

A Paris, la cellule de crise du ministère des Affaires étrangères a été activée après l'attaque, menée par des activistes venus de Libye, selon une source gouvernementale française.

Alger a autorisé l'aviation française à emprunter son espace aérien dans le cadre de l'intervention au Mali, mais aucun lien n'a été formellement établi avec l'attaque de mercredi.

La "katiba" des Moulathamine est dirigé par Mokhtar Belmokhtar, ancien membre des Groupes islamiques armés (GIA) algériens et du Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC) qui a donné naissance à Al Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). Il a fondé cette nouvelle milice l'an dernier, après avoir rompu avec Aqmi.

La compagnie pétrolière BP a confirmé sans plus de détail qu'un "incident de sécurité" s'était produit sur son gisement gazier d'In Amenas.

Statoil, qui parle d'un incident grave et d'une situation d'urgence, dit de son côté avoir été informée mais ne pas être en mesure de dire si un membre de son personnel est parmi les victimes. Elle emploie une vingtaine de personnes sur le site.

Un journaliste de la chaîne japonaise NHK a pu joindre un employé de JGC sur place, qui a dit avoir entendu des coups de feu pendant une vingtaine de minutes, aux alentours de 06h00.

Huit otages français sont déjà détenus au Sahel. François Hollande a déclaré mardi qu'il était "encore temps" pour les ravisseurs de "rendre à leurs familles" les otages.

Avec Laurent Prieur à Nouakchott et Julien Ponthus à Paris; Julien Dury, Danielle Rouquié et Jean-Philippe Lefief pour le service français, édité par Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant