Nette hausse des marchés à la clôture en Europe

le
0
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en nette hausse vendredi, accentuant leur progression après la publication de créations de postes moins soutenues qu'attendu au mois d'août aux Etats-Unis qui ont tempéré les anticipations d'un relèvement rapide des taux par la Réserve fédérale américaine sans le remettre en cause dans le principe.

L'économie américaine a créé 151.000 emplois le mois dernier contre 180.000 attendu par les économistes interrogés par Reuters et la croissance du salaire horaire moyen a ralenti.

À Paris, le CAC 40 a terminé en hausse 2,31% (102,5 points) à 4.542,17 points, à quelques encablures de son plus haut de clôture de l'année inscrit le 20 avril à 4.591,92 points. Sur la semaine, il gagne 2,26%.

Le Footsie britannique a pris 2,2% sur la séance et le Dax allemand 1,42%. L'indice EuroStoxx 50 termine sur une hausse de 2,1% et le FTSEurofirst 300 de 2,17%.

L'indice européen des services aux collectivités affiche la plus forte progression sectorielle de l'indice Stoxx 600.

Il signe une hausse de 2,78%, emmené par Veolia (+4,9%), Suez (+5,38%) ou encore l'allemand E.ON (+3,77%) qui bénéficient de leur statut de valeurs de rendement dans un environnement de faiblesse persistante des taux.

Les indices sectoriels des pétrolières et des ressources de base ont aussi surperformé, gagnant respectivement 2,68% et 2,28% avec le rebond du pétrole et la hausse des métaux industriels.

Sur le marché des changes, le dollar a effacé les pertes initialement provoquées par les chiffres de l'emploi aux Etats-Unis et son indice contre un panier de devises de référence affiche une progression de 0,25% à la clôture européenne.

Les marchés de taux ont aussi fait le grand écart, les intervenants de marché ne remettant pas fondamentalement en cause le scénario d'un durcissement de la politique monétaire aux Etats-Unis. L'économie américaine, qui a marqué le pas au premier semestre, donne en effet depuis le début de l'été des signes de ré-accélération.

Le rendement des obligations du Trésor à deux ans, qui avait chuté de cinq points de base après la publication des chiffres de l'emploi, passant 0,79% à 0,74%, est ensuite repassé au-dessus de 0,80%.

Même mouvement pour le rendement des Treasuries à 10 ans qui a perdu jusqu'à près de 5 points de base à 1,5476% avant de remonter à plus de 1,60%, soit un niveau proche de celui atteint après les déclarations de Janet Yellen ouvrant la voie à une nouvelle hausse des taux, le 26 août à Jackson Hole.

Le pétrole, qui avait lui aussi accéléré sa progression après les chiffres de l'emploi aux Etats-Unis à la faveur du recul du dollar, a pratiquement effacé ses pertes de la veille.

Le contrat sur le baril de brut de la Mer du Nord affiche une progression de plus de 3% mais accuse un repli de près de 6% sur la semaine.

(Marc Joanny pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant