Nette hausse des Bourses européennes à la mi-séance

le
0
FORTE HAUSSE DE LA BOURSE DE PARIS À LA MI-SÉANCE
FORTE HAUSSE DE LA BOURSE DE PARIS À LA MI-SÉANCE

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes sont en nette progression mardi à mi-séance et Wall Street s'annonce également en hausse, dans des marchés rassurés par l'initiative russe qui semble éloigner la perspective de frappes en Syrie, ainsi que par de nouveaux signes de stabilisation de l'économie chinoise.

Les autorités russes ont dit qu'elles collaboraient avec Damas sur la mise en place d'un projet "effectif, concret" de contrôle de l'arsenal chimique syrien.

À Paris, l'indice CAC 40 gagne 1,38% à 4.097,73 points vers 11h05 GMT, son plus haut niveau depuis le 19 août. À Francfort, le Dax prend 1,8% et à Londres, le FTSE 0,8%. L'indice paneuropéen EuroStoxx 50 prend 1,43%. L'indice des ressources de base poursuit sa hausse et prend 1,7%. Il a pris plus de 20% depuis début juillet. Les futures sur indices signalent une ouverture de Wall Street en hausse de 0,5% à 0,6%.

Une hausse un peu plus marquée que prévu en Chine de la production industrielle, des ventes au détail et des investissements dans des actifs immobilisés au mois d'août, après une longue période de ralentissement, contribue à la hausse des actions et des matières premières.

"Je crois que (les nouvelles de Syrie) suffisent à (...) déclencher un 'rally' de soulagement et les données chinoises semblent confirmer la récente tendance", note Ian Williams, stratège actions chez Peel Hunt.

Sur le front du pétrole, le baril de Brent mer du Nord se maintient sous les 113 dollars malgré les bons chiffres chinois, après avoir touché 112,61 dollars en matinée, son plus bas niveau depuis le 2 septembre, les avancées sur le dossier syrien éloignant le risque d'une intervention militaire.

L'automobile est en tête des hausses sectorielles, avec un gain de 2,5% de l'indice. Les industriels du secteur réunis au 65e Salon de Francfort tablent sur un léger redémarrage de marché européen en 2014.

Peugeot gagne 4,6% et Volkswagen, qui vise 9,5 millions de voitures vendues en 2013, 3,9%.

Les compagnies aériennes s'inscrivent en forte hausse, l'atténuation des craintes sur une intervention militaire en Syrie permettant aux cours du pétrole de refluer après avoir atteint leur niveau de mai 2011. Air France-KLM gagne notamment 8,4% et Lufthansa 5,5%.

A Londres, la menace que des versions génériques du médicament phare Advair de GlaxoSmithKline contre l'asthme arrivent enfin sur le marché américain provoque une baisse de près de 3% du titre.

Sur le marché des changes, le yen est retombé à un plus bas de sept semaines contre l'euro, la détente sur le dossier syrien incitant les investisseurs à se tourner vers des actifs à plus forts rendements. La devise européenne se traite à 132,56 yen, en hausse de 0,65%, pas loin de son record de trois mois et demi à 132,745. Le dollar reprend 0,5% à 100,07 yens et 0,1% à 0,9335 franc suisse.

"Les nouvelles sur la Syrie ont eu un effet sur le sentiment vis-à-vis du risque ce qui explique que le yen et le franc suisse soient sous pression", dit Marcus Hettinger, stratège mondial sur le marché des changes chez Credit Suisse.

"Nous devrions voir une nouvelle consolidation du dollar qui reste faible après le rapport décevant sur l'emploi la semaine dernière. Les marchés vont maintenant se tourner vers la réunion de la Fed la semaine prochaine." Juliette Rouillon pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant