Netanyahu tente de mobiliser la droite israélienne derrière lui

le
0

JERUSALEM, 14 mars (Reuters) - En perte de vitesse dans les sondages, Benjamin Netanyahu tente de mobiliser derrière lui la droite israélienne à trois jours d'élections législatives qui pourraient être remportées par l'opposition de centre gauche, mardi. Le Premier ministre, qui brigue un quatrième mandat, a accusé des gouvernements et des hommes d'affaires étrangers de fournir "des dizaines de millions de dollars" à ses adversaires afin d'affaiblir son parti, le Likoud, et soutenir l'Union sioniste du travailliste Isaac Herzog et de la centriste Tzipi Livni. "Le pouvoir de droite est en danger. Des éléments de gauche et des médias dans ce pays et à l'étranger ont allié leurs forces pour porter au pouvoir de manière illégitime Tzipi et Bougie (Herzog)", écrit le chef du gouvernement israélien sur sa page Facebook. L'Union sioniste a dénoncé ces attaques verbales de Netanyahu comme un moyen de focaliser l'attention des électeurs sur les questions de sécurité et de la détourner des problèmes socio-économiques qui touchent le pays. Netanyahu, qui a fait campagne sur le risque de voir se constituer un Etat palestinien et sur la menace du programme nucléaire iranien, soutient être le seul à pouvoir faire face à ces défis. Les dernières enquêtes d'opinion accordent à l'Union sioniste entre 24 et 26 sièges sur les 120 élus de la Knesset contre 20 à 22 sièges pour le Likoud. Pour obtenir un quatrième mandat, Netanyahu devrait compter sur l'incapacité du centre gauche à former un gouvernement de coalition avec des petites formations dans une assemblée orientée à droite. Le principal défi auquel Netanyahu doit faire face est celui de la concurrence exercée par ses alliés qui risquent de ravir des sièges à son parti lors du scrutin. "La droite se divise", a-t-il déclaré sur une radio. "La droite doit s'unir derrière moi et voter pour le Likoud". Ce message a peu de chances d'être accueilli favorablement par les autres dirigeants de la droite israélienne avec lesquels Netanyahu a prévu d'organiser un rassemblement sur la principale place de Tel Aviv dimanche. Naftali Bennett, chef du parti d'extrême droite Le Foyer juif et ministre de l'Economie dans le gouvernement sortant, refuse de faire cause commune avec le Likoud estimant que le Premier ministre pourrait chercher à constituer une coalition droite-gauche avec l'Union sioniste. (Dan Williams, Pierre Sérisier pour le service français) ;))

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant