Netanyahu promet de présenter une "politique responsable" à Trump

le
0
    par Jeffrey Heller 
    JERUSALEM, 12 février (Reuters) - Le Premier ministre 
israélien Benjamin Netanyahu a affirmé dimanche qu'il 
présenterait une "politique responsable" sur la question des 
colonies en Cisjordanie lors de ses entretiens avec Donald Trump 
prévus mercredi à la Maison blanche. 
    Netanyahu quitte Israël pour Washington lundi pour une 
première rencontre avec le nouveau président des Etats-Unis qui 
s'est affiché comme un ardent défenseur des revendications 
israéliennes lors de la campagne présidentielle américaine. 
    Donald Trump avait alors affirmé que sa victoire serait une 
aubaine pour l'Etat hébreu et qu'il se montrerait ferme à 
l'égard des Palestiniens. L'homme d'affaires entend rompre dans 
tous les domaines avec la politique de son prédécesseur Barack 
Obama dont les relations avec Netanyahu furent tendues. 
    Trump avait évoqué le transfert de l'ambassade des 
Etats-Unis de Tel Aviv à Jérusalem, un changement hautement 
symbolique puisque la ville sainte n'a jamais été reconnue comme 
capitale de l'Etat israélien par la communauté internationale. 
    Il avait également proposé de nommer un ambassadeur 
favorable à la politique de colonisation des territoires occupés 
palestiniens et avait exclu de faire pression sur Israël pour 
relancer des négociations de paix abandonnées en 2014. 
    Mais depuis, le président américain a révisé sa position, 
adoptant un ton beaucoup plus mesuré, un changement d'attitude 
qui pourrait aider Netanyahu à mieux contrôler ses partenaires 
ultra nationalistes au sein de sa coalition gouvernementale. 
    "Penser qu'il n'y a plus de restrictions serait une erreur", 
a déclaré Netanyahu lors d'une réunion des membres de son parti, 
selon la radio israélienne. 
    A la veille de son départ, le ministre de l'Education 
Naftali Bennett, leader d'un parti ultra nationaliste Foyer 
juif, a appelé publiquement le Premier ministre à ne pas 
employer l'expression "solution à deux Etats" lors des 
discussions avec Trump. Le Foyer juif propose une annexion de 
certaines parties de la Cisjordanie. 
     
    ATTENTES DE ULTRA NATIONALISTES 
    Netanyahu n'a pas repris à son compte cette position qui 
risquerait de lui aliéner le soutien de son allié de toujours, 
les Etats-Unis, mais également de certains de ses partenaires 
européens. 
    Il préfère évoquer la construction de certaines colonies 
qu'Israël entend conserver dans un éventuel accord de paix. 
    Lors d'un conseil des ministres dimanche, il a semblé 
demander à l'extrême droite de modérer ses revendications. "Je 
comprends qu'il y ait de grandes attentes autour de cette 
rencontre. Mais ma première préoccupation est la sécurité 
d'Israël et le renforcement de notre alliance solide avec les 
Etats-Unis". 
    Cela, a ajouté Netanyahu, "exige une politique responsable, 
une politique envisagée avec soin et c'est de cette manière que 
j'entends agir". 
    Cette déclaration semble faire écho à celle de Donald Trump 
qui, dans un entretien accordé au journal pro-gouvernemental 
Israel Hayom, appelait l'Etat hébreu "à se montrer raisonnable à 
l'égard du processus" de paix, ajoutant que la colonisation 
"n'aidait pas le processus de paix". 
    Netanyahu a récemment approuvé la construction de 6.000 
nouveaux logements en Cisjordanie et à Jérusalem-Est, une 
décision condamnée par les Palestiniens et la communauté 
internationale mais pas par les Etats-Unis. 
     
 
 (Pierre Sérisier pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant