Netanyahu espère la reprise des négociations avec les Palestiniens

le , mis à jour à 23:18
3

(Actualisé après le discours de Netanyahu) HERZLIYA, Israël, 9 juin (Reuters) - Benjamin Netanyahu espère que des pays arabes parviendront à convaincre les Palestiniens de revenir à la table des négociations, afin de régler le conflit israélo-palestinien grâce à une solution à deux Etats. "Il pourrait y avoir une ouverture parce que certains Etats arabes approuvent en silence (ma position)", a déclaré mardi le Premier ministre israélien lors de la conférence annuelle sur la politique internationale organisée à Herzliya, près de Tel Aviv. Ces pays arabes, a-t-il ajouté, "pourraient être en mesure d'avoir une influence sur les Palestiniens, afin que ceux-ci adoptent une approche plus positive et plus conciliante". Dans un discours d'un heure, Benjamin Netanyahu a jugé totalement contre-productives les tentatives d'imposer à Israël un accord de paix "de l'extérieur". La France souhaite faire adopter par le Conseil de sécurité de l'Onu une résolution qui définirait des paramètres en vue d'une reprise des pourparlers de paix et fixerait une période de 18 à 24 mois pour mener à bien ces discussions. "L'idée d'imposer la paix de l'extérieur ne marche pas", a dit le Premier ministre israélien, qui a réaffirmé son engagement en faveur d'une solution à deux Etats. Auparavant, le ministre israélien de la Défense Moshe Yaalon, 64 ans, avait déclaré ne pas croire à la conclusion d'un accord de paix stable avec les Palestiniens de son vivant. Moshe Yaalon, qui est très proche de Benjamin Netanyahu, a accusé les Palestiniens d'avoir "claqué la porte" aux efforts visant à maintenir un dialogue et d'avoir rejeté pendant quinze ans au moins des accords sur le principe de territoires en échange de la paix. "Quant à la possibilité d'arriver à un accord, (...) il y quelqu'un qui dit qu'il ne le verra pas durant son mandat", a dit le ministre israélien de la Défense, allusion aux propos tenus par le président américain Barack Obama la semaine dernière dans une interview à la télévision israélienne. "Moi, je ne vois pas d'accord stable de mon vivant, et j'ai l'intention de vivre encore un peu longtemps", a poursuivi Moshe Yaalon. Ces déclarations ont été rejetées par un responsable de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP), qui a rendu le gouvernement Netanyahu responsable de l'actuel blocage des pourparlers. Plus généralement, a estimé Wassel Abou Youssef, les gouvernements israéliens passés et actuels ont "fermé l'horizon politique" en réclamant de conserver de gros blocs de colonies de peuplement dans les territoires occupés et en refusant le droit au retour des réfugiés palestiniens. Les dernières négociations israélo-palestiniennes ont été rompues en avril 2014, les Palestiniens dénonçant la poursuite de la colonisation dans les territoires occupés, les Israéliens dénonçant un accord entre le président palestinien Mahmoud Abbas et le Hamas, qui contrôle la bande de Gaza. (Dan Williams; Jean-Stéphane Brosse et Guy Kerivel pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • 35924358 le mercredi 10 juin 2015 à 22:00

    M7097610, pourquoi insultez vous ainsi notre cher Berg690 ?

  • M7097610 le mercredi 10 juin 2015 à 09:24

    quel charlot

  • Berg690 le mardi 9 juin 2015 à 23:17

    Mais bien sûr!