Netanyahu demande à la CPI de rejeter l'initiative d'Abbas

le
0

JERUSALEM/RAMALLAH, 1er janvier (Reuters) - Le chef du gouvernement israélien Benjamin Netanyahu a présidé jeudi une réunion d'urgence de ses principaux ministres, au lendemain de la demande d'adhésion palestinienne à la Cour pénale internationale (CPI). L'initiative du président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, qui a suscité la colère d'Israël et des Etats-Unis, devrait permettre à la CPI d'être compétente pour les crimes commis dans les territoires palestiniens ainsi que pour les faits qui pourraient être imputés aux dirigeants palestiniens et israéliens. "Nous attendons de la CPI qu'elle rejette purement et simplement la candidature hypocrite de l'Autorité palestinienne car l'Autorité palestinienne n'est pas un Etat, c'est une entité alliée à une organisation terroriste, le Hamas, qui commet des crimes de guerre", a déclaré dans un communiqué Benjamin Netanyahu, qui vient d'être réélu à la tête de son parti, le Likoud, dans la perspective des élections législatives anticipées du 17 mars prochain. "Israël est un Etat qui respecte le droit, avec l'armée la plus morale du monde qui respecte toutes les règles internationales. Nous défendrons les soldats israéliens tout comme ceux-ci nous défendent", a-t-il ajouté. En ratifiant mercredi le statut de Rome et vingt autres conventions internationales, Mahmoud Abbas a choisi la confrontation directe avec Israël, après le rejet la veille par le Conseil de sécurité de l'Onu d'un projet de résolution palestinien demandant la conclusion de négociations de paix dans un délai d'un an et un retrait israélien des territoires occupés avant la fin 2017. "Nous avons exploré toutes les possibilités pour tenter de trouver une solution avec les Israéliens, nous avons passé vingt ans à négocier et pourtant l'occupation se poursuit. Nous avons donc choisi une voie pacifique, juridique, pour internationaliser ce conflit", a expliqué à Reuters un haut responsable palestinien, Mohammed Chtayyeh. Mais pour le ministre israélien de l'Economie, Naftali Bennett, si le Fatah, le parti de Mahmoud Abbas, veut aller devant la CPI de La Haye, "ce ne peut être qu'en tant qu'accusé" en raison de son alliance avec le Hamas. (Noah Browning avec Dan Williams et Ori Lewis; Guy Kerivel pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant