Nétanyahou menacé par la fronde sociale 

le
0
Face à l'ampleur de la contestation, le premier ministre israélien change de ton et promet des solutions.

Confronté à une vague de contestation sociale sans précédent, Benyamin Nétanyahou a changé de ton, dimanche. Le premier ministre s'attendait à un essoufflement de la «révolte des tentes» déclenchée il y a trois semaines pour protester contre la hausse effrénée des logements. Il a eu droit à «la plus importante motion de censure de l'histoire» du pays, selon l'expression des médias, avec quelque 300.000 manifestants dans les rues samedi soir à Tel-Aviv, Jérusalem et dans d'autres villes. Ragaillardis par cette mobilisation supérieure à celle de la semaine précédente, les organisateurs du mouvement espèrent avoir créé un rapport de forces face au gouvernement.

«Ne pas faire dérailler l'économie»

Une analyse partagée par Nahum Barnea, l'éditorialiste le plus influent du pays. «Nétanyahou et ses ministres ne peuvent plus ignorer ce cri de colère qui menace leur maintien au pouvoir (...) Israël n'est pas la Syrie de Assad ; on ne peut pas répri

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant