Nétanyahou contraint de revoir son credo libéral

le
0
Surpris par l'ampleur de la contestation sociale, le premier ministre israélien se dit prêt à lâcher du lest.

À petites touches, Benyamin Nétanyahou commence à amender son credo ultralibéral. Sous la pression de la contestation sociale, qui doit se traduire demain par une vague de manifestations dans tout le pays, il se dit prêt à «modifier sa vision du monde». «Le premier ministre est déterminé à apporter des changements réels avec des mesures contre les cartels et les monopoles», assure ainsi Zvi Hauser, secrétaire général du gouvernement. Un langage de «gauche» qui tranche avec les «fondamentaux» habituels de Benyamin Nétanyahou.

Lors de son premier mandat de chef de gouvernement, puis son passage au ministère des Finances et son retour au pouvoir, Benyamin Nétanyahou a mené une politique basée sur le désengagement de l'État à coups de privatisations, de réductions des impôts pour les hauts revenus et les entreprises, de coupes claires dans les budgets sociaux. Cette méthode a fait ses preuves.

Israël a traversé la crise financière de 2007-2008 pratiqueme

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant