Net repli des Bourses européennes à la mi-séance

le
0
LA BOURSE DE PARIS DANS LE ROUGE À LA MI-SÉANCE
LA BOURSE DE PARIS DANS LE ROUGE À LA MI-SÉANCE

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes sont orientées en net repli à mi-séance après une ouverture dans le vert et Wall Street est attendu en baisse, tandis que l'euro évolue sous 1,28 dollar, les interrogations sur les conséquences du sauvetage de Chypre et les doutes sur la situation politique en Italie incitant les investisseurs à la prudence et au repli sur les valeurs refuges.

Les autorités chypriotes doivent annoncer dans la journée le détail des mesures de contrôle des mouvements de capitaux censées s'appliquer jeudi à la réouverture des banques après pratiquement deux semaines de fermeture.

Parallèlement, l'impasse politique semble se confirmer en Italie, le Mouvement 5 étoiles de Beppe Grillo ayant réaffirmé qu'il ne voterait pas la confiance au chef de file du centre-gauche Pier Luigi Bersani.

L'indice EuroStoxx 50 abandonne 1,64% et à Paris, le CAC 40 cède 1,69% à 3.685,40 points à 11h43 GMT. À Francfort, le Dax recule de 1,25% et à Londres, le FTSE perd 0,66%.

La baisse atteint 1,53% à Milan, 1,8% à Madrid et 4,1% à Athènes

Quant aux futures sur indices new-yorkais, ils signalent une ouverture de Wall Street en recul d'environ 0,5%.

Le mouvement de repli touche particulièrement les banques, affectées par la remontée des rendements obligataires italiens. L'indice Stoxx des banques de la zone euro baisse de 2,6%; BNP Paribas perd ou Crédit agricole reculent de 3,4% et 2,2% respectivement.

Le Trésor italien a dû consentir un rendement au plus haut depuis octobre pour placer 3,9 milliards d'euros d'obligations à cinq ans, même si le rendement de son adjudication de 3,0 milliards à 10 ans a reflué par rapport à la précédente opération comparable.

Victime lui aussi des préoccupations liées à Chypre et à l'Italie, l'euro est tombé à un nouveau plus bas de plus de quatre mois à 1,2773 dollar et affiche à la mi-journée une baisse d'environ 0,7%. Autres bénéficiaires du repli sur les valeurs refuges, les futures sur le Bund ont atteint leur plus haut niveau depuis trois semaines.

Aux valeurs, EADS perd près de 3% alors que ses actionnaires réunis en assemblée générale ont approuvé la nouvelle gouvernance du groupe. Le titre affiche encore plus de 35% de hausse depuis le début de l'année.

Marc Angrand pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant