Net repli à nouveau des Bourses européennes à la clôture

le
0
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES

LONDRES/PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé une nouvelle fois en net repli lundi, les interrogations sur les conséquences politiques et économiques du vote britannique pour la sortie de l'Union européenne continuant d'alimenter l'aversion au risque.

Les valeurs bancaires et la livre sterling ont encore figuré parmi les principales victimes du mouvement général de baisse et affichent leur recul sur deux séances le plus marqué jamais enregistré.

À Paris, le CAC 40 a fini en baisse de 2,97% (122,01 points) à 3.984,72 points, au plus bas depuis février. Le Footsie britannique a cédé 2,55% et le Dax allemand 3,02%, l'indice EuroStoxx 50 2,83% et le FTSEurofirst 300 3,69%.

Ce dernier porte ainsi à 10% sa baisse sur les deux dernières séances.

Madrid a passé une partie de la séance dans le vert au lendemain des élections législatives qui ont donné une victoire nette au Parti populaire sans pour autant lui assurer une majorité claire pour gouverner, avant de se replier dans l'après-midi. L'indice Ibex-35 a perdu 1,83%.

L'indice Stoxx des banques a perdu 7,67%, portant à près 21% son recul en deux séances, soit une perte globale de capitalisation d'environ 170 milliards d'euros; celui des services financiers a abandonné 8,64%, celui du tourisme et des loisirs 8,44%.

Plus forte baisse de l'indice européen Stoxx 600, la compagnie aérienne britannique EasyJet a chuté de 22,31% après un avertissement sur ses résultats. Parmi les banques européennes, Bank of Ireland a cédé 20,93%, Barclays 17,35%, Royal Bank of Scotland 15,1%, BNP Paribas 6,32% et Credit Suisse 9,16%.

Egalement plombée par les financières, Wall Street creusait ses pertes au moment de la clôture en Europe, le Dow Jones abandonnant 1,42% et le Nasdaq 2,3%.

La livre sterling, elle, a cédé jusqu'à près de 4% face au dollar pour inscrire un nouveau plus bas depuis 1985 à 1,3122 dollar et sur le marché obligataire, le rendement des obligations britanniques à dix ans est tombé pour la première fois sous la barre de 1%.

La livre perd aussi 2,5% face à l'euro et plus de 3,5% contre le yen.

L'euro n'est pas épargné et se déprécie de 0,9% par rapport au billet vert, autour de 1,1015 dollar.

A la hausse, l'or continue de bénéficier de son statut de valeur refuge et s'adjuge 0,3% à 1.319 dollars l'once; à l'opposé, le pétrole, victime des craintes de dégradation de la demande, perd plus de 2%.

(Nigel Stephenson, Marc Angrand pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant