Net recul des marchés à la clôture en Europe

le
1
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES

PARIS/LONDRES (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en net recul mercredi, pénalisées par le secteur bancaire après les lourdes amendes infligées à six établissements par différentes autorités dans le monde pour manipulation présumée des taux de change.

Des analystes évoquent aussi des inquiétudes sur les résultats en Europe.

"Si vous regardez les estimations de résultats 2015 européens, ils ont été revus en assez forte baisse ces dernières semaines. Et cela montre que les problèmes sous-jacents qui peuvent peser sur le marché restent entiers", dit Gerhard Schwarz, responsable de la stratégie actions chez Baader Bank à Munich.

À Paris, le CAC 40 a fini en recul de 1,51% à 4.179,88 points. Le Footsie britannique a cédé 0,25% et le Dax allemand 1,69%. L'EuroStoxx 50 a perdu 1,85% et le FTSEurofirst 300 1,2%. A la clôture en Europe, les grands indices américains étaient quasiment stables.

L'indice bancaire européen a perdu 2,11% après les amendes de 4,3 milliards de dollars (3,4 milliards d'euros) infligées à six banques, dont UBS, HSBC et Royal Bank of Scotland, dans le cadre de règlements négociés sur des manipulations présumées du marché des changes.

Barclays a pour sa part abandonné 2,17%, la banque britannique ne faisant pas partie du règlement sur les changes car ses tractations se poursuivent avec le régulateur de l'Etat de New York.

Les banques italiennes et portugaises ont également pesé sur la tendance, plombant les Bourses de Milan (-2,87%) et Lisbonne (-2,63%).

L'indice des services collectifs (-2,39%, plus forte baisse sectorielle) a pâti du plongeon de 5,86% d'Enel, l'électricien italien ayant annoncé mardi anticiper une augmentation de son endettement net.

Le repli des marchés actions a profité à certaines valeurs refuges comme les Bunds allemands, les emprunts du Trésor américain ou encore l'once d'or.

Sur le marché des changes, le dollar marquait une pause face aux grandes devises, notamment le yen, face auquel il a atteint un pic de sept ans mardi.

Sur le front du pétrole, le Brent a réduit ses pertes dans le courant de l'après-midi pour afficher un repli de 0,45% à 81,30 dollars en fin de journée. Mais il reste proche de ses plus bas niveaux en près de quatre ans dans un contexte d'augmentation de la production de brut aux Etats-Unis et avec la reprise de l'activité sur le plus grand gisement pétrolier en Libye.

(Richard Leong et Atul Prakash, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Marc Angrand)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M547654 le mercredi 12 nov 2014 à 18:37

    Comment peut-on réviser en baisse les résultats en Europe. La baisse de l'euro va augmenter de 5 a 10% les profits. La baisse des taux idem. Si on rajoute le fait que des actions comme BNP vont pas payer 10 milliards d'amende chaque année, ils calculent comment. Et ils sont payés pour ca les analystes