Net recul des Bourses européennes à la mi-séance

le
0
LES BOURSES EUROPÉENNES DANS LE ROUGE À LA MI-SÉANCE
LES BOURSES EUROPÉENNES DANS LE ROUGE À LA MI-SÉANCE

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes reculent nettement à la mi-séance jeudi, plombées par des résultats d'entreprises mitigés et une inflation dans la zone euro tombée en juillet à son plus bas niveau depuis octobre 2009, tandis que Wall Street est elle aussi attendue en baisse.

Le taux d'inflation annuel de la zone euro est tombé à 0,4% en juillet, à ses niveaux enregistrés au plus fort de la crise financière, illustrant le risque de déflation qui préoccupe la Banque centrale européenne (BCE).

À Paris, le CAC 40 recule de 0,72%, soit 30,98 points, à 4.281 points vers 10h50 GMT. À Francfort, le Dax cède 0,91% et à Londres, le FTSE perd 0,15%. L'indice paneuropéen EuroStoxx 50 et le FTSEurofirst sont respectivement en baisse de 0,85% et 0,73%.

A Madrid, l'indice vedette Ibex abandonne 1,8%, tiré vers le bas par la situation de défaut de l'Argentine sur sa dette, pour la deuxième fois en douze ans.

La Bourse de Lisbonne lâche 2,5% tandis que Banco Espirito Santo (BES) dévisse de plus de 25% après avoir annoncé une perte de 3,6 milliards d'euros au titre du premier semestre qui va contraindre la première banque portugaise cotée à faire immédiatement appel au marché.

Les futures sur indices new-yorkais signalent des baisses comprises entre -0,58 et -0,68% dans les premiers échanges. Wall Street a fini sur une note irrégulière mercredi, les investisseurs se demandant comment interpréter les déclarations de la Réserve fédérale, qui se montre à la fois plus optimiste pour l'économie américaine tout en réaffirmant la nécessité d'une politique monétaire extrêmement accommodante.

A l'agenda des indicateurs, les investisseurs surveilleront les inscriptions hebdomadaires au chômage aux Etats-Unis (12h30 GMT) et l'indice PMI de Chicago pour le mois de juillet (13h45).

En Europe, les publications de rapports d'activité des entreprises mitigés provoquent des prises de bénéfices.

L'indice Stoxx 600 du secteur bancaire enregistre la plus forte baisse sectorielle (-1,65%), tandis que BNP Paribas grignote 0,30% après avoir publié ses résultats trimestriels. Crédit agricole, deuxième actionnaire de BES, cède 3,7%.

Adidas lâche plus de 13% après avoir abaissé ses objectifs 2014, affectant le Dax. Volkswagen prend plus de 2% après avoir confirmé ses objectifs annuels.

Carrefour, plus forte baisse de l'EuroStoxx 50, recule de 3,5% après les déclarations de son PDG sur une réduction des investissements en Argentine. Le distributeur a par ailleurs fait état d'un résultat semestriel en forte progression.

Alcatel-Lucent (-5,5%) accuse la plus forte baisse de l'indice des valeurs parisiennes, la poursuite de son redressement au deuxième trimestre étant éclipsée par les craintes d'un ralentissement à venir de la demande sur son marché clé américain.

A la hausse, Sanofi grimpe 3,6% après avoir annoncé des résultats solides au titre du deuxième trimestre et s'être montré confiant pour 2014.

Du côté du pétrole, le Brent poursuit son reflux, légèrement au-dessus des 106 dollars le baril, en raison de la hausse de la production de l'Opep et d'une demande décevante aux Etats-Unis qui ont compensé les tensions en Afrique et au Proche-Orient.

Sur le marché des changes, l'euro s'est rapproché d'un plus bas de neuf mois à 1,3366 dollar avant d'effacer ses pertes et oscille autour de 1,3385.

(Mathilde Gardin pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant