Net recul des Bourses européennes à la mi-séance

le
0
LES BOURSES EUROPÉENNES TOUJOURS DANS LE ROUGE À LA MI-SÉANCE
LES BOURSES EUROPÉENNES TOUJOURS DANS LE ROUGE À LA MI-SÉANCE

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes évoluent mardi nettement dans le rouge à la mi-séance, tirées vers le bas par les banques Commerzbank et UBS après des résultats mal accueillis ainsi que par les valeurs minières, qui souffrent de l'annonce d'une nouvelle contraction du secteur manufacturier chinois.

Wall Street, qui avait terminé lundi en hausse comme les marchés européens, est également attendue en baisse à l'ouverture, signalent les futures sur indices new-yorkais.

En Europe, le CAC 40 parisien perd 67,05 points (1,51%) à 4.375,70 points vers 10h00 GMT.

Le Dax allemand recule de 1,79%, à cause notamment de Commerzbank, qui chute de près de 9%, la plus forte baisse de l'indice européen FTSEurofirst 300.

La deuxième banque allemande a annoncé un bénéfice net en recul de 52% au premier trimestre par rapport aux trois premiers mois de 2015, affecté par la volatilité des marchés financiers en début d'année et par un environnement de taux d'intérêt bas.

La Bourse de Londres, qui était fermée lundi pour cause de jour férié, perd 0,9%, pénalisée par les géants miniers Anglo American et Glencore, qui abandonnent respectivement 8,7% et 5,4%.

L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro perd 1,72% et le FTSEurofirst 300 cède 1,61%.

La plus forte baisse sectorielle en Europe est pour les ressources de base dont l'indice, perd 4,74%. Viennent ensuite les banques (-2,72%).

A Paris, la plus forte hausse d'un CAC presque entièrement dans le rouge est pour le groupe chimique belge Solvay, qui prend plus de 3% après avoir publié des résultats meilleurs que prévu au titre du premier trimestre, à la faveur de réductions de coûts.

BNP Paribas vient juste derrière avec une progression de près de 1%. La banque a annoncé mardi une hausse de ses bénéfices au premier trimestre, la baisse du coût du risque, notamment dans la banques de détail en Europe, ayant compensé la chute des activités de marchés, pénalisées par deux mois de tempête financière en janvier et février.

Toujours dans le secteur bancaire mais à Zurich, UBS cède plus de 7%. La banque suisse a annoncé avoir démarré 2016 avec un bénéfice réduit des deux tiers.

Selon les données du cabinet StarMine, sur les 44% de sociétés européennes ayant publié leurs trimestriels jusqu'ici, 61% on atteint ou dépassé le consensus. Les bénéfices sur le premier trimestre sont attendus en baisse de 18% par rapport au trois premiers mois de 2015.

Sur le front macroéconomique, la croissance de la zone euro devrait légèrement ralentir cette année du fait d'une détérioration de la situation de ses principaux partenaires au moment où les effets de la baisse du pétrole et de l'euro commencent à s'estomper, estime la Commission européenne.

Dans ses prévisions économiques de printemps publiées mardi, elle ne table plus que sur 1,6% de croissance dans la zone cette année puis 1,8% l'an prochain, soit dans les deux cas 0,1 point de moins que dans ses anticipations précédentes, début février.

Sur le marché des changes, le dollar se replie, notamment face à l'euro, qui a franchi le seuil des 1,16 dollar pour la première fois depuis août 2015..

(Patrick Vignal pour le service français, édité par Véronique Tison)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant