Net recul des Bourses européennes à la clôture

le
0
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en net recul vendredi, les incertitudes monétaires et politiques favorisant un mouvement d'aversion au risque qui pénalise les valeurs cycliques et bénéficie en premier lieu aux emprunts d'Etat.

À Paris, le CAC 40 a fini sur une baisse de 2,24% (98,89 points) à 4.306,72 points. Le Footsie britannique a cédé 1,86% et le Dax allemand 2,52%, l'indice EuroStoxx 50 2,61% et le FTSEurofirst 300 2,28%.

Les investisseurs se replient sur les actifs les moins risqués avant une série d'échéances monétaires et politiques à l'issue incertaines, dont la réunion de politique monétaire de la Réserve fédérale américaine mardi et mercredi prochains et le référendum du 23 juin sur l'avenir du Royaume-Uni au sein de l'Union européenne.

Dans ce contexte, les prises de profit sur le marché pétrolier ne font qu'amplifier la tendance générale à la baisse des actions.

"La possibilité d’un Brexit, le rythme de normalisation monétaire de la Réserve Fédérale, les signes de faiblesse de l’économie chinoise et le repli technique du prix du pétrole auront eu raison ce vendredi des indices boursiers", résume Yoav Nizard, analyste de FXCM.

"Le dollar de son côté effectue un rebond technique mais reste fragile à l’approche de la réunion du comité monétaire de la Réserve Fédérale (FOMC) dont le marché anticipe un statu quo."

Le billet vert gagne 0,5% par rapport à un panier d'autres grandes devises de référence et l'euro est repassé sous le seuil de 1,13 dollar, à 1,1274 à la clôture européenne.

La livre sterling, elle, a cédé 0,8% sur la journée, tombant à un plus bas de sept semaines face au billet vert.

Au moment de la clôture en Europe, Wall Street évoluait dans le rouge mais au-dessus des plus bas du début de séance, le Dow Jones abandonnant 0,46% et le Nasdaq 0,93%, alors que le baril de pétrole brut léger américain (WTI) repassait sous 50 dollars.

En Europe, aucun des indices sectoriels Stoxx n'a fini en hausse. Celui des banques a cédé %, celui de l'assurance %, celui des services financiers %.

Les 40 valeurs du CAC ont terminé dans le rouge. A Paris, Société générale est lanterne rouge de l'indice avec une chute de 4,47%. On ne compte que des valeurs financières dans les 10 plus fortes baisses de l'EuroStoxx 50, parmi lesquelles UniCredit (-6,37%) et Santander (-5,04%).

Parmi les autres baisses notables, Lufthansa a décroché de 5,58% après l'annonce de la démission de sa directrice financière.

Sur le marché obligataire, le rendement des emprunts d'Etat à dix ans allemands, référence pour la zone euro, est tombé à un nouveau plus bas de 0,016%, poursuivant sa chute vers zéro.

La semaine se solde par une baisse de 2,6% pour le CAC 40 et de 2,23% pour le FTSEurofirst 300.

(Marc Angrand pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant